Vers 1879, Saint-Yrieix compte 50 filles publiques

« En fait, la prostitution est beaucoup plus répandue encore que ces chiffres ne pourraient le laisser croire ; de nombreuses ouvrières se livrent à une activité clandestine ; certaines d’entre elles sont obligées d’accorder leurs faveurs aux contremaîtres si elles veulent trouver du travail (Sous-préfet de St-Yrieix, avril 1858)

 

A. Corbin, p. 112

Limoges en a 363

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s