Le crapaud contre les hémoragies

 » Docteur, j’ai un ulcère à la jambe. Pouvez-vous me donner une pommade ? je ne vous le montre pas, vous savez ce que c’est, je n’ai pas eu le temps de me préparer.

– C’est sans importance, Germain, je comprends. On a bien autre chose à faire à cette saison qu’à se laver les pieds. Il faut pourtant que je vous voie. Je ne peux rien vous donner comme ça. Allez, Germain, ne craignez rien, je ne vous ferai aucun mal. Je vais d’ailleurs couper cette bande ; elle ne vaut plus rien. « 

Sa réticence m’intriguait. Plus il s’y retranchait, plus mon désir de voir augmentait. Sait-on jamais ! N’avais-je pas dérangé, quatre jours auparavant, dans les mêmes conditions, toute une colonie d’asticots installés sur un pied déjà à demi dévoré ?

Le pansement était énorme. Une bande Velpeau. Deux bandes Velpeau ! J’en étais à la troisième, j’arrivais à la fin.

« Docteur, laissez-moi donc finir maintenant. Pour ne pas salir, je vais faire le reste devant votre porte. « 

Il n’en eut pas le temps. Le dernier tour étant enlevé et, avec lui, un énorme crapaud était tombé lourdement sur le parquet. Un crapaud tout gonflé, rendu amorphe par un séjour prolongé sur la plaie et comprimé par les bandes. Un crapaud tout ankylosé qui avait bien du mal à remuer les pattes et que je dus expédier d’un coup de balai vers le jardin.

 » mais enfin, Germain, vous avez perdu la tête !

– Docteur, on m’avait dit que c’était souverain contre les hémorragies. Voyez-vous, c’est que j’en ai déjà fait deux, et d’importantes. « 

Que dire ? Sans compter que ce n’était pas absolument idiot ! N’y avait-il pas alors, sur notre Vidal, une spécialité à la mode, aujourd’hui abandonnée, « le Bufox » qui n’était justement rien d’autre qu’un extrait de crapaud, et n’avait-elle pas comme indication première la prétention d^’arrêter les hémorragies ?

Germain avait dans le fond tout simplement court-circuité tous les intermédiaires. « 

Louis Tamain, Médecin de campagne, De Borée

P.S.

Extrait des mémoires d’un médecin de campagne trouvé sur la Toile (merci )

« Tout d’abord, j’ai utilisé du venin de crapaud dans les accouchements, comme ocytocique et surtout décontracturant de la dilatation du col utérin. Ne poussez pas les hauts cris et rassurez-vous ! Je n’allais pas, telles les sorcières au Moyen Age qui tuaient ces innocentes bêtes pour en préparer quelques philtres magiques ! Mais il s’agissait d’une très sérieuse spécialité, le Bufox, qui est restée inscrite au Vidal une bonne vingtaine d’années. Elle était utilisée comme anti-algique (calmant de la douleur) dans certaines affections, et à la lecture d’un article d’une revue faisant connaître sa possibilité d’avoir un rôle obstétrical, je décidai de l’essayer et j’en fus si satisfait que je l’utilisai par la suite systématiquement. J’ai toujours en effet, été frappé par cet aspect souvent pénible, de l’accouchement et j’ai pensé qu’il fallait le rendre le moins désagréable possible pour les intéressées. C’est pourquoi, j’ai essayé différents produits suivant des articles de revues médicales, mais je suis toujours revenu au Bufox. Quant à mes patientes, elles ont toujours ignoré ce qui se cachait derrière ce nom de spécialité ! »

http://mathe.fontenille.net/3_-_quelques_generalites.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s