NOTRE VIALATTE QUOTIDIEN : TELS QUE JE CONNAIS LES LIMOUSINS, ÇA PEUT DURER COMME ÇA UN SIÈCLE

 

 » A Chauchet, dans la Creuxe […] l’homme a décidé de faire la grève. La grève de l’homme. Depuis un an. Il s’est arrêté de naître, il s’est retenu de mourir, il s’est abstenu d’engendrer. Il n’y a eu pendant toute l’année ni un mariage, ni un décès, ni une naissance. Et nul ne saurait dire jusqu’à quand ça durera. Tels que je connais les Limousins, ça peut durer comme ça un siècle. On verra bien qui s’arrêtera le premier. « 

Alexandre Vialatte, chronique 663 du 25 janvier 1966

 
Notre Vialatte quotidien est ici :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s