Pierre de Ronsard, Hommage à la salade

La salade

IMG_0776

Le lecteur perspicace aura remarqué que la photo n’a pas été prise dans le pays arédien ! Il s’agit d’une plantation à Malte.

À Amadis Jamin

          Lave ta main blanche gaillarde et nette,

Trace mes pas, apporte une serviette,

Allons cueillir la salade et faison

Part à noz ans  des fruits de la saison.

          D’un vague pied, d’une vue escartée

Deça delà jettée et rejettée

Or’sur la rive, ores sur un fossé,

Or’sur un champ en paresse laissé

Du laboureur, qui luy-mesme apporte

Sans cultiver herbes de toute sorte.

Je m’en iray solitaire à l’escart.

           Tu t’en iras Jamyn, d’une autre part

Chercher songneux, la boursette toffue,

La pasquerette à la fueille menue,

La pimprenelle heureuse pour le sang

Et pour la ratte, et pour le mal au flanc :

Je cueilleray, compagne de la mousse,

La responsette à la racine douce,

Et le bouton des nouveaux groiseliers

Qui le printemps annoncent les premiers :

              Puis en lisant l’ingénieux Ovide

En ces beaux vers où d’amour il est guide.

Regagnons le logis pas-à-pas.

Là recoursant jusqu’au coude noz bras,

Nous laverons noz herbes à main pleine

Au cours sacré de ma belle fontaine :

La blanchirons de sel en meinte part,

L’arrouserons de vinaigre rosart,

L’engresserons de l’huile de Provence :

L’huile qui vient aux Oliviers de France

Rompt l’estomac, et  ne vaut du tout rien…

Pierre de Ronsard Le second livre des poèmes Tome IV

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s