Coussac-Bonneval, le marquis de Bonneval, Ahmet Pacha (ce qu’en dit Le Prince de Ligne)

« le marquis de Bonneval. Celui qui allait devenir Ahmet Pacha fut un des soldats les plus aventureux du XVIIIe siècle. Après avoir, pour cause de disgrâce, quitté successivement l’armée française et l’armée autrichienne, il gagna Constantinople, échangeai le chapeau contre le turban et entreprit de moderniser l’artillerie ottomane. Ligne jubile lorsqu’il racontre comment Bonneval échappa la circoncision. Après avoir soûlé des mollahs qu’il avait invités à dîner, Bonneval s’absenta quelques instants et revint brandissant un bout d’intestin de mouton. C’est d’Antraigues, dont l’oncle avait été ambassadeur à Costantinople, qui lui avait fourni le matériau en question. Pour tracer ce portrait, Ligne demanda à Hammer-Purgstall de lui traduire des manuscrits orientaux, se servit d’histoires qu’il avait entendu raconter par son père et son oncle – lesquels avaient connu Bonneval à Vienne -, et par Casanova, qui racontait qu’à Constantinople l’un des plaisir de Bonneval, lorsqu’il était sûr de ne voir personne, était de s’habiller à la française. « 
Philip Mansel, Le Prince de Ligne, Le charmeur de l’Europe, Perrin, page 205

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s