L’art des contraires, un article de Claude Duneton sur un livre d’Yves Lavalade

http://www.lefigaro.fr/livres/2008/06/19/03005-20080619ARTFIG00008-l-art-des-contraires.php

 »

Lorsqu’on dit : « Il fait noir comme dans un four », on fait une comparaison simple, à la portée de tous, le four ayant toujours figuré un lieu privé de tout éclairage ; mais lorsqu’on dit : « Ce monsieur est aimable comme une porte de prison », on fait une comparaison négative, chargée d’ironie, qui dit l’inverse de ce qu’elle est censée signifier : la personne n’est pas aimable du tout. Il s’agit d’une manière de s’exprimer par le contraire, une surenchère de l’antiphrase ; elle suppose un esprit moqueur et exige de l’interlocuteur une rectification, un léger décodage. D’ailleurs, on emploie spontanément ces antiphrases renversées pour exercer la sagacité des petits enfants.

Il y a là la permanence d’un humour ancien : dire le contraire pour provoquer une réaction, un rire naïf. « Il est fin comme du gros sel », se dit de quelqu’un de lourdaud, obtus, ou bien maladroit dans ses propos  quelqu’un de pas subtil du tout. Ces comparaisons renversées étaient particulièrement fréquentes dans le langage populaire d’autrefois ; elles se retrouvent en abondance dans les langues minoritaires de France en voie de disparition. Feuilletant un petit livre consacré aux expressions limousines collectées par un excellent occitaniste, Yves Lavalade, je suis frappé de voir combien cet art des contraires était en honneur dans la langue du Limousin, issue de celle des poètes troubadours. Nos gens disaient d’un trait mal tiré, d’un alignement raté « C’est droit comme la jambe d’un chien » : drech coma la jamba d’un chen, ce qui me faisait rire, car la jambe des chiens est irrémédiablement tordue, coudée… L’allitération ajoutait du cocasse car jamba se prononce tsàmba, et chen fait tsi. Reste que c’est le « renversement » qui séduit, car si l’on disait : « Tordu comme la jambe d’un chien », cela tomberait à plat  l’évidence n’est pas drôle. On disait aussi drech coma mon cobde quand me moche, « droit comme mon coude quand je me mouche », mais ce n’était pas aussi riant que le chien, aux pattes toujours en mouvement.

Pour quelqu’un de squelettique, on disait gras coma un peisel, « gras comme un piquet de vigne » (ce serait en français classique « sec comme un cotret ») ; le peisel évoquait à la fois la minceur, l’élancement, et la sécheresse de l’individu. Pour un impotent on pouvait dire jusqu’à l’absurde : leste coma una roda de molin, « leste comme une roue de moulin », ou encore mieux, pour la légèreté, avec un redoublement de malice qui plaisait aux enfants : legier coma l’ausel qu’appellen lo buèo, « léger comme l’oiseau qui s’appelle bœuf ».

Ah ! on en disait des choses au bord des chemins de terre creusés d’ornières de charrettes  nervos coma una goga, « vif comme un boudin noir », et dans ce même esprit des images en creux, Se rit quand se burla, « il rit quand il se brûle », pour évoquer un être rébarbatif, austère et déplaisant. Pour la maigreur d’un personnage osseux  il en existait beaucoup à ces époques de rationnement forcé : qu’es pas la graisa que l’entraupa, « ce n’est pas graisse qui le fera trébucher ».

Yves Lavalade commente un peu cavalièrement ces formulations des vieux âges : « Il faut avoir l’esprit bizarrement tourné pour dire le contraire de ce qu’on veut signifier. » Non, je ne trouve pas. Il faut avoir l’esprit mutin, sans doute, assez taquin ; nos anciens prenaient leurs images au plus près de la vie  ils disaient : « Je suis souple comme un verre de lampe » à une époque pas si reculée où le long verre de la lampe à pétrole se montrait d’une fragilité redoutable. Il s’agit d’un temps où les couteaux mal aiguisés coupaient « comme mon genou ».

Cela étant, M. Lavalade nous en livre des joliment rigolotes de nos vieux terroirs ; « il pleuvait à queue de vache » ; on tenait à une chose « comme à ses deux yeux »  et à ce sujet oculaire une expression bien avisée préfigurait malicieusement l’idée du clonage : sembla sa mair coma si li avià sautat per un uelh : « il ressemble à sa mère comme s’il lui était sorti par un œil »… C’est tout de même plus fort que la goutte d’eau !
Trésor des expressions limousines, de Yves Lavalade. Éd. Lucien Souny, 80 p., 10 €. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s