« Il y a chez le boeuf une nostalgie profonde », Alexandre Vialatte, illustré par Honoré

Honoré, boeufs, Vialatte

« Le jour de la mi-carême on lui menait voir le roi et les principaux magistrats. Pour le distraire. Pour essayer de le consoler. […] On vêtait le bœuf en conséquence : de feuillages et de tapis persans. Car l’habit ne lui va pas. Un bœuf en chapeau claque fait toujours un peu déplacé. Principalement à cause des cornes. Il en revenait aussi triste qu’avant.  »

Alexandre Vialatte, dessin d’Honoré, Honoré que des cons ont tué à Charlie-Hebdo. Qu’aurait écrit Vialatte quand on pense à son  « Et c’est ainsi qu’Allah est grand ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s