La Chine achète le bois de chêne limousin. Ils viennent jusque dans nos bois* …

http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/departement/haute-vienne/saint-yrieix/2015/04/27/exploitants-forestiers-scieurs-et-industriels-du-bois-denoncent-la-situation_11420923.html

 »

Depuis plusieurs années, l’exportation de bois brut français vers des pays comme la Chine est en forte hausse. En 7 ans, l’exportation de grumes (troncs d’arbres ébranchés et écimés) de chêne, sans transformation, vers la Chine et ailleurs, est passée de 5 % à 33 % (de 84 000 mètres cube à 580 000 mètres cube). Ceci met fortement en danger la filière chêne française qui voit partir à l’étranger la matière première qui lui serait nécessaire pour pouvoir assurer la demande (les commandes), en hausse, qui lui est faite.

D’après une étude de la Fédération Nationale du bois, les scieries de chêne « tourneraient en moyenne à 67 % de leurs capacités industrielles ». A court terme, cette situation aura une incidence sur l’emploi dans la filière, ce qui est déjà en partie le cas, avec des procédures de chômage technique qui émergent un peu partout en France. 15 % des scieries seraient concernées pour 25 % des volumes nationaux. Environ 700 à 900 emplois sont menacés. »

Des questions ne sont pas soulevées :

– pourquoi ce bois n’est-il pas vendu scié ?

– la filière bois est-elle organisée face au marché ?

– pourquoi voit-on si peu de plantations récentes de chênes dans la région ?

– qu’en est-il du marché français ? je vois beaucoup de meubles de chêne partir à la décharge pour être remplacés par des meubles en copeaux. Interrogez les ébénistes. Visitez une foire exposition. A Nantes cette année, j’ai pu constater à la Foire Expo qu’il n’y avait plus d’exposant de meubles en chêne ou merisier comme on en a vu il y a une dizaine d’années. Le chêne ne va pas avec la société de consommation

– et le châtaignier ? avez-vous tenté d’acheter dans les soupermarquettes du bricologage du PSY du bois de châtaignier ?

– Où sont passés tous les chênes coupés il y a peu dans la zone de Jumilhac ?

– D’où viennent nos vêtements, nos godasses, nos tablettes numériques achetées distribuées aux élèves (n’oubliez pas de déclarer vos revenus)… alors pourquoi pas leur vendre notre bois, question équilibre de la balance ? Oh !

– La France semble se soucier autant de ses bois que de ses côtes (comparez aux Pays-Bas et à la Belgique et leurs ports).

– le jour où les Chinois viendront vivre dans nos campagnes comme l’ont fait les Britishs, peut-être qu’ils se soucieront de l’écologie et de l’économie locale.

En attendant, je jouis des meubles en chêne et merisier limousins, fabriqués par un menuisier de Saint-Yrieix, beaux, solides, démontables, bien cirés à la cire d’abeille. Peut-être que mes enfants les peindront pour les transformer en meubles Ikea ou les mettront à la décharge faute de trouver d’acheteur sur Le Bon Coin. Voyez autour de vous la situation. On peut la dénoncer. A qui ? Et quelles sanctions ? Et puis, les vieux ne sont pas l’avenir !

Mais il est dit dans l’article que la demande française de chêne est en hausse. Que devient-il ? Peut-être … pour être exporté vers l’Asie. L’école Boule a-t-elle créé une annexe à Pékin ?

http://www.ecole-boulle.org/

* mon titre est abusif ! Je n’ai encore pas vu de Chinois (oh ! on va me traiter de discrimination) dans nos bois du Limousin.

P.S. à lire :

http://lefenetrou.blogspot.fr/2015/04/et-si-on-aimait-la-france-le-livre.html

P.S.

Un limousin m’écrit :

« S’ils arrivent à accaparer les coupes de chênes c’est qu’ils acceptentde payer plus cher. Ils transportent le bois brut en chine, le travaillent et nous renvoient les produits finis qu’on va retrouver dans les ambassades chinoises à coût pas si bas. Je veux parler des ambassades qui appartiennent aux grands groupes de distribution, ce que tu appelles les soupermarquettes. Ce sont là les vraies ambassades chinoises.
La filière Française victime de la « mondialisation » ? Certes mais aussi de son refus de payer le juste prix des ressources locales, de la stupidité de s’être laissé enfermer dans une concentration de distributeurs oligopolistiques, de sa tendance à ne pas toujours faire de la qualité, d’avoir cherché le profit à court terme au détriment de la qualité et de l’investissement.
L’industrie Française ne crève pas seulement par la faute de la politique du néolibéralisme mais aussi par sa propre faute. »

Une réponse à “La Chine achète le bois de chêne limousin. Ils viennent jusque dans nos bois* …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s