« Quand on n’ose pas dire ce qu’on pense, on finit par ne plus penser ce qu’on dit. »

Zénon d’Élée, cité par

http://www.berthomeau.com/2015/10/manger-et-boire-vivant-est-ce-naturel-la-longue-course-du-vivant-a-travers-le-temps-a-ete-une-traversee-sur-la-mer-houleuse-de-la-co

https://fr.wikipedia.org/wiki/Z%C3%A9non_d%27%C3%89l%C3%A9e

Le Zénon des paradoxes. Qui intéressent l’informaticien :

« J’étudierai
 comment
 modéliser
 et
 traiter
 informatiquement
 le
 temps
 et
 les
 événements,
 en
 constatant
d’abord
que
les
modélisations
classiques
 de
la
physique
ne
suffisent
pas
aux
 besoins
 de
 l’informatique.
 À
 partir
 de
 la
 notion
 d’épaisseur
 de
 l’instant
 et
 d’exemples
 de
 circuits
 et
 de
 logiciels
temps‐réels,
je
montrerai
qu’il
faut
parler
du
temps
simultanément
à
plusieurs
échelles
et
 à
plusieurs
niveaux
d’abstraction,
et
qu’on
peut
échanger
l’espace
et
le
temps
de
diverses
façons
 pour
optimiser
les
calculs.
J’élargirai
ensuite
la
notion
de
temps
physique
en
une
notion
de
temps
 multiforme,
engendré
non
seulement
par
la
seconde
mais
par
la
répétition
de
tout
événement
tel
 que
le
pas
du
marcheur
ou
le
mètre
qu’il
parcourt.

 J’étudierai
la
différence
entre
les
approches
 synchrones,
 fondées
 sur
 la
 notion
 d’horloge,
 et
les
approches
asynchrones
 qui
 cherchent
à
 s’en
 passer.
 Je
 discuterai
 la
 relation
 indispensable
 mais
 délicate
 et
 encore
 mal
 comprise
 entre
 les
 visions
continues
et
discrètes
du
temps,
dans
la
conception
des
circuits
électroniques
et
dans
celui
 simulation
 de
 systèmes
 complexes,
 encore
 bien
moins
maîtrisé.
 Pour
 tous
 ces
 sujets,
j’insisterai
 sur
l’importance
des
langages
formels
permettant
d’écrire
les
spécifications
et
les
programmes 
et
 des 
logiques 
formelles 
permettant
de
les
analyser
et
de
garantir
leur
sûreté. […] 
Nous 
étudierons 
la 
délicate 
relation 
entre 
les
 modèles
 en 
temps
 continu
 et
 en
 temps 
discret,
qui 
posent
 depuis 
longtemps 
des 
difficultés 
illustrées 
par 
le 
paradoxe
 de
 Zénon
 (ou
 d’Achille
et 
la
 tortue). »

http://www.cnrs.fr/ins2i/IMG/pdf/CP_Chaire_Informatique_Lecon_inaugurale2013.pdf

P.S. Le copie du texte de G. Berry m’a donné un texte comme on peut en lire sur les monuments de la Rome ancienne. Pas de séparation entre les mots. C’est ma contribution à la maintenance du latin ! En fait, j’ai la flemme de reformater le texte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s