Tu sais à quoi on reconnaît une ânesse en chaleur ?

« – Tu sais à quoi on reconnaît une ânesse en chaleur ?
– Non ?
– Alors, tu es plus con qu’un âne ! »

Gilles Lapouge, L’âne et l’abeille, Livre de Poche, 2015, p. 5 5(Prix littéraire 30 Millions d’Amis ; Grand Prix de lit térature del’Académie française).

Publicités

Une réponse à “Tu sais à quoi on reconnaît une ânesse en chaleur ?

  1. Je viens d’être témoin d’une scène extraordinaire dans le train :

    Assise à côté de moi, une femme entièrement voilée (y compris gants), seule une fente horizontale d’un petit centimètre laissait entrevoir ses yeux. Une femme d’une quarantaine d’années, vêtue à la mode d’ici est assise en face de nous et s’adresse à elle avec douceur :

    « Bonjour Madame, comme vous je suis musulmane, mais je ne comprends pas pourquoi vous vous déguisez ainsi. Pourriez-vous m’expliquer ? »
    « Madame, ce n’est pas un déguisement, c’est le prophète qui nous demande de nous vêtir comme cela »
    « Le Prophète ? Vous êtes sûre ? Vous auriez la gentillesse de m’indiquer où se trouve ce texte et quel en est le contenu ? Je vous demande cela car je ne connais pas ce texte »
    « C’est dans le Coran !
    « Ahhh, j’ai lu et étudié le Coran, mais je n’ai vraiment aucun souvenir d’avoir lu le Prophète nous demander de nous déguiser comme les femmes de la tribu machinchosebidule (là, c’est moi qui n’ai pas retenu) qui vit dans telle zone du Sahara et qui portaient ce type de vêtement bien avant la naissance du Prophète. En plus, cette zone est très lointaine des différents voyages de notre Prophète. Historiquement parlant, notre Prophète ne devait même pas connaître cette tribu. Comment se fait-il dès lors qu’il ait demandé aux femmes musulmanes de s’habiller dans un accoutrement qu’il ne connaissait pas ? »
    « Ça suffit Madame, c’est le Prophète qui l’a écrit, je l’ai lue ».
    « Vous avez lu le Prophète… d’accord… une traduction ? »
    « Non en arabe »
    « Ahhh, vous lisez et parlez l’arabe très couramment donc ? »
    « Oui absolument ! »
    Là, la dame vêtue à l’occidentale se met à lui parler en arabe à grande vitesse. La femme entièrement couverte bredouille des réponses hésitantes. La femme reprend en français :
    « Madame, je suis professeur d’arabe et de civilisation musulmane à l’Université et je peux affirmer que vous ne comprenez rien à l’arabe. Je vous ai posé des questions dans un arabe pur et élaboré. Des questions très ambiguës, à double sens et vous n’y avez rien vue du tout. Vous m’avez répondu complètement à côté. Vous êtes née où ?
    « Je suis née ici ! »
    « Donc, si je récapitule ; vous portez des vêtements conçus pour lutter contre les tempêtes de sable d’une petite tribu vivant dans une certaine zone subsaharienne dont le Prophète n’a jamais entendu parler, vous avez lu le Coran, mais êtes incapable de comprendre les finesses de la langue arabe, vous y avez trouvé des instructions vestimentaire mais vous ne pouvez pas me dire quel est ce texte.
    « Ca suffit Madame, vous m’agressez ! »
    « Non chère Madame, c’est vous qui agressez et injuriez ma religion, par votre déguisement, par votre inculture. Vous nous faites tous passer (les musulmans) pour des imbéciles fanatiques »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s