Je me souviens du drapeau …

L’actualité de ce 27 novembre 2011 m’a fait rechercher un drapeau français.

Je n’ai pas retrouvé mon petit drapeau français que j’utilisais quand je faisais de l’auto-stop en Europe. La première fois ce fut l’été 1965. Saint-Yrieix, Limoges, Strasbourg, Bâle (au Pont de l’Europe nous pensions aller en Allemagne en prenant la voiture d’un automobiliste qui nous a indiqué qu’il allait à Basel ! et nous nous sommes retrouvés en Suisse ), La Ruhr, Francfort sur le Main, Hambourg, Munich, Col du Brenner (1) (c’était la première fois que je voyais des soldats en armes en position derrière des sacs de sable, conflit entre Italie et Autriche), Milan, Florence, Rome, Gênes, Chamonix.

Nous étions deux, avions chacun pour sac, un sac de paquetage de l’armée française acheté place des Bancs à Limoges(2), sac auquel était accroché notre drapeau.

sac de paquetage

Beaucoup d’auto-stoppeurs avaient le drapeau de leur pays accroché à leur sac. Nous avions notre faluche sur la tête. Les étudiants suédois (3) avaient des casquettes comme j’en verrai bien plus tard à Turku en Finlande (où les gens parlent suédois).

Mais j’ai retrouvé un petit drapeau japonais acheté pour faire l’ascension du Mont Fuji, et la bannière étoilée ramenée de mon premier séjour aux USA.

 

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Trentin-Haut-Adige

Après la Seconde Guerre mondiale, le Haut-Adige resta à l’Italie, mais les Alliés imposèrent à l’Italie un traité de protection de la minorité de langue allemande, octroyant une vraie autonomie à la province de Bolzano (Accord De Gasperi-Gruber, 5 septembre 1946). Le président du conseil italien, Alcide de Gasperi, originaire de Pieve Tesino en province de Trente, voulut élargir cette autonomie à ses concitoyens. Ainsi fut créée la région Trentin-Haut-Adige, où les Italiens étaient majoritaires, rendant impossible l’auto administration des Tyroliens du sud. Pour cette raison et par l’arrivée d’autres immigrés italiens, l’insatisfaction de la population allemande crût et culmina dans les années 1960 avec le mouvement terroriste du BAS (all.Befreiungsausschuss Südtirol – Comité pour la libération du Tyrol du Sud), pour obtenir la réunification du Tyrol au sein de l’Autriche. Au début, les actions étaient dirigées exclusivement contre les biens (monuments fascistes, lignes électriques) et non contre les personnes. À la suite de l’action des carabiniers et de la justice la lutte se durcit coûtant la vie à une vingtaine de personnes entre les forces de l’ordre italiennes, la population et le BAS[réf. nécessaire].

En 1972, un nouveau statut d’autonomie entra en vigueur. La plupart des compétences législatives et administratives ainsi que les ressources financières ont été transférées de la région Trentin-Haut-Adige aux deux provinces de Trente et Bolzano. »

(2) Peut-être Le Capharnaüm … Si je ne me trompe le propriétaire ou gérant était le père d’un élève de ma classe au lycée qui s’appelait Ab.

http://www.ericsimon.org.uk/RockaLimoges.php

(3) J’y ai vécu des manifestations qui ressemblaient à la fête de la nuit de Walpurgis

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nuit_de_Walpurgis

si ce n’est que ça brûlait surtout dans les gosiers.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s