Je me souviens de la bibliothèque paroissiale à St-Yrieix

 » En 1880 fonctionne aussi une bibliothèque chrétienne à SaintYrieix. » peut-on lire dans Archaïsme et modernité en Limousin d’Alain Corbin.

Dans les années 50-60 il y avait une bibliothèque paroissiale que ma grand-mère paternelle fréquentait chaque semaine. Elle lisait au moins 3 livres par semaine. Et pourtant, elle ne devait pas avoir son certificat d’études primaires. Et elle ne faisait pas de faute d’orthographe.

Voici ce qu’écrit Alain Corbin :

 

« Les premières bibliothèques véritablement populaires sont en effet des bibliothèques paroissiales ; telle la « Bibliothèque Centrale Catholique de Limoges » fondée en 1837 par l’aumônier du collège royal et organisée par une ordonnance épiscopale en 1839. Cet organisme, placé sous le patronage de l’ « Oeuvre des Bons Livres » avait à l’origine, pour but de « propager exclusivement les preuves de la vérité et la réfutation des erreurs, des mensonges et des blasphème. « , par la suite il prête des ouvrages de toute nature.

[…] Selon l’enquête préfectorale de 1888, les ouvrages les plus fréquemment demandés dans les bibliothèques populaires sont les « romans français » (St-Junien, Rochechouart, St-Yrieix) et plus précisément ceux de V. Hugo, A. Dumas, G. Sand, J. Verne (St-Léonard), ainsi que les récits de voyages (Rochechouart, St-Yrieix). En revanche, la plus grande partie des livres ne sont jamais demandés.  » C’est le cas des œuvres complètes de Voltaire et de J.J. Rousseau  » comme le déclare le responsable de la bibliothèque de St-Junien. […]

Il faut cependant reconnaître que, de 1845 à 1880, bien peu d’efforts ont été entrepris en vue d’élargir cette élite, de remédier au sous-équipement culturel et de faire perdre du même coup aux Limousins leur vieille réputation d’ignorance et d’inculture.  »

Lors de l’enquête menée en 1833 les sous-préfets de Bellac, Rochechouart, et de St-Yrieix déclarent qu’il n’existe plus d’établissement de ce genre dans leur arrondissement.

 

 

Publicités

Une réponse à “Je me souviens de la bibliothèque paroissiale à St-Yrieix

  1. On m’écrit :
    « ce que je sais, c’est qu’aujourd’hui pas plus qu’à l’époque, Voltaire et Rousseau ne sont demandés…
    Pourtant, par les temps qui courent, d’aucuns feraient bien de lire Voltaire.
    Quant à la réputation d’ignorance des Limousins , c’est entièrement faux puisque les bibliothèques limousines, Limoges et st Yrieix en tête, sont parmi les plus fréquentées de France. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s