Quand les corsetières de Limoges n’ont plus voulu s’agenouiller 4 fois par jour

 » Le 9 septembre 1895, le Convent du Grand Orient commence par un don de 300 francs aux corsetières de Limoges qui, en grève depuis trois mois, avaient refusé de s’agenouiller quatre fois par jour en récitant les oremus réglementaires dans la confrérie Notre Dame de l’Usine. La loge et les libre-penseurs de Limoges soutiennent leur lutte pour l’émancipation et la liberté de conscience. »

Loges et francs-maçons de la Haute-Vienne de l’Ancien Régime à la Cinquième République (Editions Lucien Souny)

 

http://www.masgnaud.fr/?p=3130

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s