Il y aura du boudin aux châtaignes pour les Belges

Il y a des interprètes du Coran mal intentionnés. Il y a aussi des interprètes de la chanson française qui peuvent porter atteinte au crédit de la France, du Limousin, et du Pays de St-Yrieix en particulier. Ainsi ceux qui ne savent pas contextualiser la marche officielle de la Légion Étrangère, le boudin.

Voici une des interprétations des fameuses paroles

Refrain

Tiens, voilà du boudin, voilà du boudin, voilà du boudin

Pour les Alsaciens, les Suisses et les Lorrains,

Pour les Belges, y en a plus,

Pour les Belges, y en a plus,

Ce sont des tireurs au cul. (bis)

 

« Une version situe l’origine de ces paroles avant l’embarquement de la Légion pour le Mexique. Le régiment étranger est rassemblé pour y parfaire ses préparatifs en vue d’une campagne lointaine aux conditions climatiques particulièrement pénibles. La tenue est aménagée en conséquence et l’on adopte un paquetage allégé, porté en bandoulière surnommé « boudin » en raison de sa forme. Apprenant que la Légion étrangère doit être engagée dans ce conflit, le roi des Belges,Léopold Ier, invoquant le besoin de neutralité de son jeune royaume déjà bien compromis par sa fille Charlotte de Belgique, épouse de Maximilien Ier d’Autriche, Empereur du Mexique, intervient auprès de Napoléon III pour qu’aucun de ses sujets ne participe aux opérations projetées. L’Empereur acquiesce à cette requête et donne l’ordre de renvoyer en Algérie les ressortissants belges. Au rassemblement des unités, on fait sortir des rangs les légionnaires concernés et on leur fait restituer le fameux paquetage spécial. Ignorant les raisons diplomatiques de cette réintégration, les légionnaires montrent qu’ils réprouvent l’éviction de leurs camarades belges en chantant avec ironie les paroles célèbres. »

et la version dite traditionnelle :

« Une troisième version, dite traditionnelle, est généralement reconnue : Les paroles actuelles ont probablement été adoptées vers 1870. Avant la guerre franco-prussienne, une version remplace le « boudin » par « les rosses ». Lorsque la guerre éclate, la France décide que la Légion étrangère doit y participer. Le roi des Belges, Léopold II, demande formellement que les légionnaires ressortissants de son pays ne participent pas à ce conflit en raison de la neutralité de laBelgique afin d’éviter un « casus belli ». Le gouvernement français accède à cette demande et les légionnaires en partance pour la métropole chantent à leurs malheureux camarades ces paroles quelque peu désobligeantes.  »

On ne va pas aujourd’hui priver les Belges du boudin aux châtaignes. Il ne faut pas ajouter au malheur du monde, quand on sait ce à quoi se privent les fidèles de deux des « religions du livre ».

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Boudin_(marche_de_la_L%C3%A9gion)

 

Et puis le refus de vente est sanctionné par la loi de notre République !

De plus, les Belges ne sont pas rancuniers, puisqu’ils ont médaillé le boudin aux châtaignes de St-Yrieix

http://france3-regions.francetvinfo.fr/limousin/2015/03/21/saint-yrieix-la-perche-laurent-barris-est-le-roi-du-boudin-limousin-680193.html

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s