« Malaise sous les moulures, embarras chez les stucs…. »

« Malaise sous les moulures, embarras chez les stucs. Les plastrons des smokings pâlissent, les franges des robes longues se figent, les maîtres d’hôtel examinent leurs souliers » (1),

le célèbre limousin venait de retourner son assiette, non pour vérifier qu’il s’agissait bien de porcelaine de Limoges, mais pour s’y faire servir le dessert, qui était, en son honneur, un clafoutis. C’était le XXe siècle finissant. Une quinzaine d’années plus tard, ce geste sera salué comme étant celui d’un sauveur de la planète.

(1) Jean Echenos, Ravel, Editions de Minuit, page 97

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s