Je me souviens qu’on éparait le linge sur le toit de la maison

Eparer le linge. Ma femme, nantaise, ne comprenait pas. A Saint-Yrieix j’éparais le linge avec ma mère. Ailleurs on dit « étendre le linge ».

C’était l’époque où les Quatre Barbus et Francis Blanche faisaient mon éducation musicale :

et la version des Quatre Barbu(e)s

C’était l’époque des pinces en bois.

Je lis dans Tournures limousines de Lavalade et Peyramaure,

Ecarter : La femme écartait les draps pendant que lui écartait le fumier = tendre la lessive sur le fil ; bien répartir le fumier sur le sol, à la fourche ou mécaniquement. Oc : La femma escartava los linçous du temps que se escartava lo fems.

On éparait (rendre épars ? ou est-ce une « francisation » de l’occitan « espandre lo linge » sur les fils à linge qui étaient tendus d’une cheminée à l’autre sur le toit du 2 place du marché. En effet le toit était plat (une légère pente) et fait en zinc.

 

Image

Je suis ridicule avec mes « posts » sur les limousinismes  ! maintenant à côté du 2 Place du marché, il y a une boutique « My Kebab’s ».  Je comprends qu’on ait besoin d’aide aux personnes (voir l’enseigne du 2 Place du marché) pour vivre « le choc des langues » à St-Yrieix.

Ben couillon ! comme on dit à Poitiers

Ben dame ! comme on dit à Nantes

Eh con ! comme on dit à Toulouse.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s