Je me souviens des borderages, des barradis, du coderc

Je viens de lire de vieux papiers de famille qui remontent à l’an 1681.

J’y trouve « borderage », « barradis » et un terme juridique « paraphernal »

Le TLF ignore le terme borderage !

Heureusement il y a Alain Corbin :

En Limousin au XIX, le bordier est un agriculteur qui exploite un petit
domaine en général inférieur  à 5 et même le plus souvent 3 hectares et dont les terres s’étendent proximité du logis. Il paye une redevance fixe en argent ou en nature (le borderage) mais a le droit de se perpétuer sur sa terre ou de cesser sa jouissance. Il travaille en même temps comme journalier dans les domaines avoisinants. Lorsque sa famille est nombreuse, il peut devenir métayer.
(Alain CORBIN, Archaïsme et modernité en Limousin au XIX sicle, Presses universitaires de Limoges, red. 1998, page 272)

J’ai entendu le terme utilisé dans ma jeunesse.

« barradis »

« « un coderc », quo es un barradis rasis las maisons per far codar la denada »

lo barradis c’est une clôture, c’est aussi l’enclos

Le coderc est la cour fermée de la ferme.

« paraphernal »

Qualifie le bien propre de l’épouse qui n’a pas été constitué en dot et dont elle conserve l’administration et la jouissance.

  • Une propriété paraphernale.
  • Un bien paraphernal, bien propre de l’épouse.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s