La recette du boudin au sang humain, de l’art pas du cochon !

Je lis dans Cosmos de Michel Onfray :

« L’artiste Michel Journiac (1935-1995) […] après avoir fait des études de théologie à l’Institut catholique en 1956, le séminariste renonce à la prêtrise en 1962 pour se tourner vers l’art, qu’il étudie à la Sorbonne. En 1969, il réalise une performance célèbre intitulée Messe pour un corps au cours de laquelle un assistant lui prélève trois grosses seringues de sang qu’il fait cuire avec des oignons émincés et du gras d’animal, il entre le mélange dans un boyau qu’il noue et cuit à l’eau avant de la griller, de le trancher, puis d’en découper des morceaux servis comme des hosties à l’assemblée qui consomme dont le corps de l’artiste comme une eucharistie concrète. »

page 452, chapitre « La Cène de l’art contemporain »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Journiac

Pour la recette du boudin, voir :

http://www.journiac.com/

Notre théologien n’a pas pensé faire une « performance » en pompant son sang pour qu’il serve à un autre humain. Trop art réactionnaire, voyons !

Catherine Millet dont on nous annonce la venue à Nantes pour les Rencontres de Sophie à la fin du mois

http://www.philosophia.fr/rencontres-de-sophie/rds-2016/

parle de l’artiste.

http://www.vodeo.tv/documentaire/michel-journiac-par-catherine-millet#play

Ben couillon ! Ben dame !

P.S.

Il y a aussi les flans et yaourts au lait maternel !

Quelle société ! ma mère sage-femme serait effondrée. Alors qu’on a besoin de lait maternel pour les prématurés. Ces femmes ignorent-elles les lactariums ?

https://okaasan-leblog.com/2012/10/24/mes-recettes-de-desserts-au-lait-maternel/

Vous noterez que la blogueuse pour faire chic cause ingliche. Ses filles sont ses Littles.

NAC, Nul A Chier !

 

Advertisements

Une réponse à “La recette du boudin au sang humain, de l’art pas du cochon !

  1. Il aurait quand même pu donner ses boudins (cette eucharistie concrète ?) à bouffer aux cochons cela les auraient changés de la confiture artistique habituelle.
    Eucharistie – du grec eu bien et kharizesthai – chercher à plaire. Il cherchait donc à bien plaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s