Mal des ardents, saint Martial n’était pas le seul saint guérisseur

http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2016/06/03/ostensions-et-si-martial-n-y-etait-pour-rien-dans-l-eradication-du-mal-des-ardents_11942400.html

 »

Pour Michel Toulet, les ostensions n’étaient pas organisées pour résoudre un problème, mais pour remercier Dieu d’avoir endigué la famine, principale ennemie des pèlerins. 994 fut une année terrible. Tout le pays est touché par ce mal des ardents. Raoul Glaber ou « Glabre » dit « le chauve », évoque dans une chronique publiée en 1047, un symptôme comparable au mal des ardents qui aurait touché le pays bourguignon en 994. « Les gens se pressaient autour de saint Martin de Tours, Odon de Bayeux, Maieul de Cluny… », écrit-il. Mais il n’est nullement question de Limoges.

Saint Genou dans le Berry traite aussi dans ses écrits du mal du feu qui touchait sa région en 994. Michel Toulet ne trouve pas, dans ces textes, les traces de Martial. Même constat dans les manuscrits de Vivien de Figeac. C’est à Saint-Benoit-du-Sault au sud du Berry, qu’on salue l’intervention de Martial. Le mal des ardents n’était donc pas spécifique à Limoges. Tout le pays était touché. « 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s