Les bibliothécaires de la Haute-Vienne chez Antoine Blondin

–  » Au seul nom de Merguez, Madeleine se cabra sur la banquette, ses narines se dilatèrent, l’une pour le soufre, l’autre pour l’encens. La vogue attachée à l’oeuvre vrombissante de ce romancier néo-penseur avait vigoureusement agité les bibliothèques de la Haute-Vienne.  » (p. 45)

 

Antoine Blondin, Quat’saisons

« Il a passé une grande partie de sa vie à Linards, village de Haute-Vienne, dans son Limousin d’adoption. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Blondin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s