Le discours de distribution des prix de Louis Chédozeau au collège de Saint-Yrieix (10 juillet 1908)

DISCOURS DE DISTRIBUTION DES PRIX par Louis Chédozeau) (Texte annoncé p. 32)

Professeur au collège de Saint-Yrieix puis au lycée de Rodez, Louis Chédozeau y prononce au début du XXe siècle deux discours de distribution des prix qui permettent de reconnaître en lui un homme des Lumières, un rationaliste confiant en la science. On sait par ailleurs qu‟il fait partie de la Section ruthénoise de la Ligue des Droits de l‟Homme, du Secours mutuel et de l‟Orphelinat de l‟Enseignement secondaire. Dans une ville profondément catholique, cet engagement est remarquable au lendemain des lois de 1906. * C‟est le 10 juillet 1908 que Louis Chédozeau, professeur de physique-chimie et donné comme « professeur de sciences », prononce à Saint-Yrieix le discours de distribution des prix. Ce discours sera repris dans son discours de Rodez, mais plus brièvement. On peut le résumer ainsi : l’enseignement des sciences peut se définir comme une leçon de rationalisme à la fois et de démocratie. On n‟oublie pas que ce discours est prononcé au lendemain des lois anticléricales et antireligieuses, et des inventaires. C‟est une véritable profession de foi rationaliste et positiviste adressée aux lycéens après le baccalauréat, et l‟on y retrouve tous les thèmes qui définissent alors l‟humanisme. L’Université est « éducatrice de la démocratie » ; son but est former « des hommes forts dans la lutte pour la vie et des citoyens d’une démocratie »de « fournir les éléments nécessaires à votre vie de citoyens en vous donnant le sens et le goût de la vie moderne ». Mais Louis Chédozeau précise immédiatement le sens de cette formule sous trois aspects : – il ne s’agit pas « d’ajouter chaque jour des connaissances nouvelles à celles déjà acquises », car « ce qui importe, ce n’est pas le savoir acquis, mais l’aptitude à savoir davantage » ; – « l’homme d’une simple science est dangereux » ; – enfin par « connaissances » il faut entendre les sciences. Louis Chédozeau partage les fortes réserves des positivistes à l’égard des Lettres : Pour « faire de vous à la fois des hommes forts dans la lutte pour la vie et des citoyens d’une démocratie », seul l’enseignement des sciences importe : les Lettres « distribuées seules, il serait à redouter qu’elles ne conduisent à une sorte de mysticisme et qu’elles ne permettent pas à l’esprit qui· en serait exclusivement nourri la connaissance des contingences dont l’ensemble fait la vie de chaque jour ». Louis Chédozeau reprend ici et exploite la notion d’utile : ainsi « ce serait manquer à un devoir élémentaire à la fois envers le pays et envers l’élève que de ne pas intéresser celui-ci à la vie qu’il va vivre ; il faut l’orienter franchement vers les utilités » : « à ce seul point de vue, l’enseignement des sciences s’imposerait ». Il n’en reste pas moins que les sciences « coopèrent à l’éducation et à la discipline de l’esprit ». C’est que l’enseignement scientifique est profondément rationaliste. Il enseigne à « connaître la raison de chaque chose » : « Parce que vous aurez les pièces en main et que sous vos yeux se produira le phénomène, vous vous débarrasserez des jugements tout faits et préconçus ». Glissant discrètement vers la critique religieuse, le rationaliste Louis Chédozeau ajoute : « Les suggestions de·l’imagination ne sont plus alors à redouter : ce qu’il faut toujours, c’est la raison de toutes choses ». « La raison est la faculté qui donne à l’homme toute sa valeur ; celle qui, en l’obligeant au respect de la vérité démontrée, lui interdira de jamais pactiser avec l’absurde ». C’est là le rôle majeur des sciences physiques et naturelles, « parce qu’elles sont empreintes de rationalisme ». « Il est impossible qu’un cerveau qui n’aura pas été orné, encore moins alourdi [par d‟inutiles connaissances], mais qui aura ces habitudes de précision et de loyauté […] ne transporte pas toujours avec lui ces idées » : désormais il « n’admettra pour vrai que ce qu’il pourra comprendre et expliquer », « il ne Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, 2010, Bernard Chédozeau http://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr/ 54 transigera jamais avec l’absurde ». Pourtant, l’éducation (et non pas l’instruction) scientifique, « loin de s’opposer à la culture littéraire, en est le complément et le correctif nécessaire ; elle garantit les esprits contre une mysticité fâcheuse que produirait une discipline trop exclusivement littéraire ». Elle peut même être dite une « école d’imagination réglée », en ce qu’elle corrige ce que les Lettres pratiquées seules pourraient avoir de dangereux pour l’imagination ». Louis Chédozeau défend ensuite l’évolutionnisme, qu’il rattache aux valeurs des Lumières que sont la liberté et le Progrès tant en science qu’en morale. « Enfin, il est encore une autre idée fort importante dont nous pénètre à chaque instant l’enseignement scientifique : l’idée de continuité », au sens d’un développement constant vers un monde meilleur. « Parce qu’il nous montre partout et constamment les faits et les êtres soumis à cette loi de continuité, l’enseignement des sciences nous indique les conditions de la liberté et du progrès », car « l’humanité est en progrès » comme le montrent les « merveilleuses découvertes de la science » ; en conséquence, « si vraiment l’histoire du monde dans son ensemble est l’histoire d’un développement progressif », le culte que nous devons avoir pour le passé ne saurait être une fin ; c’est vers l’avenir qu’il faut regarder » : « aujourd’hui vaut mieux qu’hier ; demain sera meilleur qu’aujourd’hui ». C’est à ce propos que Louis Chédozeau traite de la religion, abordée nettement mais toujours discrètement : « … Ne jamais faire acte de propagandiste. Que si nous parlons de l’hypothèse transformiste, nous devons aussi vous indiquer celle de la création ». « Ce qu’il faut, c’est autour de soi mettre en garde contre l’erreur, garantir des adhésions inconscientes. Il ne s’agit pas de changer des convictions, de remplacer un dogme par un autre, mais simplement de donner à ces convictions un fondement, de montrer la beauté de la pensée libre, d’instaurer dans tous les esprits la tolérance ». Dans son discours de Rodez, Louis Chédozeau précise : « … et dans tous les cas, nous ne devons à aucun moment parler de l’une ou de l’autre en oubliant son caractère d’hypothèse pour lui attribuer le caractère d’une loi et d’un principe », ce qui ne l’empêche pas de conclure qu’« à côté de ce qui n’est encore et exclusivement qu’hypothèse, on trouve dans les sciences naturelles des faits auxquels il n’est pas possible de ne pas attribuer le caractère de la certitude scientifique… » : dans « cette œuvre toute de fraternité » – autre terme des Lumières -, « nous n’avons pas élevé nos âmes autant que nous pouvons le faire… ». L’enseignement scientifique comporte encore un remarquable volet éthique : « En unissant dans un même effort vers la vérité impersonnelle notre pensée à toutes les autres pensées, l’esprit scientifique s’oppose à l’égoïsme et est comme l’apprentissage du désintéressement » : « la vie de chaque individu est solidaire de celle de tous les autres », autre idée très moderne. Le rôle des élites que sont ces bacheliers « ne sera pas seulement de lutter avec âpreté dans le conflit des égoïsmes ». Louis Chédozeau se méfie du nombre et de la machine : « S’appliquant pour que le nombre n’agisse jamais comme le mécanisme brutal des gouvernements despotiques, [ces bacheliers] seront vraiment utiles à la démocratie », car « ceux-là que la naissance, la fortune ou le hasard placent ainsi dès le début de leur vie dans des conditions meilleures, contractent envers la société une dette qu’ils auront à cœur d’acquitter » ; et « de cette considération découle le premier de vos devoirs : ne jamais être indifférent, car l’indifférence, c’est l’état de l’égoïste ». « Que votre cœur également vous dicte votre attitude ». D’autre part, le socialiste qu’est ce scientifique connaît et dénonce les dangers sociaux de l’industrialisation : il évoque l’« individu que la beauté du travail n’élève plus depuis que la machine l’a détrôné ». Enfin là encore se formule indirectement une mise en garde contre la religion : « Rien n’est bon comme de faire le bien ». Plus encore que tout le reste, les lignes dans lesquelles l’auteur loue les Universités populaires définissent ses positions politiques. Les Universités populaires nées à la fin du XIXe siècle sont les héritières d’une tradition du mouvement ouvrier. Les Universités populaires entendent « dispenser un savoir critique contre les idées dominantes » ; elles « sont conçues pour être un prolongement des études ou une possibilité d’accéder à des connaissances universitaires et, plus encore, à une réflexion citoyenne » dans des perspectives des Lumières. C’est à une lignée ouvrière très à gauche que se rattache ainsi Louis Chédozeau. Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, 2010, Bernard Chédozeau http://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr/ 55 Ainsi une pensée ferme, vigoureuse, très moderne, un discours engagé en faveur des Lumières, de la science, du progrès, des Droits de l’Homme ; une leçon de morale civique, citoyenne dirait-on aujourd’hui, et profondément laïque ; dans mon adolescence, ma grand-mère s’en faisait encore discrètement l’écho. Discours de M. Chédozeau, Professeur de sciences Mesdames, Messieurs, Ce qui frappe surtout ceux qui s‟intéressent à l‟Université, ce sont les modifications que, depuis quelques années, elle a apportées à ses mœurs et à ses coutumes, à ses programmes et à ses méthodes. Rompant avec une tradition qui ne fut pas sans gloire, elle a compris qu‟elle devait s‟adapter aux conditions économiques et sociales du temps présent : elle a voulu être vraiment·l‟éducatrice de la démocratie. L‟éducation de la démocratie est, dans notre France démocratique du vingtième siècle, une affaire aussi importante que pouvait l‟être, dans la France monarchique d‟autrefois, l‟éducation du prince appelé par sa naissance à régner un jour sur elle. « Le gouvernement de la chose publique, qui appartenait alors à une famille, appartient aujourd‟hui à tous les citoyens » (M. Croizet). Développer chez chacun les qualités de l‟esprit et du caractère, préparer des hommes vraiment libres, capables d‟initiative et d‟action personnelle, et assurer l‟union de ces individualités vigoureuses dans une action collective harmonieuse, voilà le but. Pour l‟atteindre, deux conditions sont indispensables : l‟unité morale et le désintéressement ; l‟unité morale, qui n‟est pas une identité d‟opinions et de croyances mais une sympathie des intelligences également désireuses de la vérité, respectueuse de la pensée d‟autrui ; le désintéressement, qui en débarrassant l‟esprit de la pensée constante des intérêts immédiats et vulgaires, rend l‟âme plus vigoureuse et l‟esprit plus énergique. Comment et dans quelle mesure l‟Université réalise-t-elle ce double but de faire de vous à la fois des hommes forts dans la lutte pour la vie et des citoyens d‟une démocratie ? Voilà, Messieurs, sur quoi je voudrais vous entretenir un instant. Le premier soin de l‟Université, c‟est de vous fournir les éléments nécessaires à votre vie de citoyens en vous donnant le sens et le goût de la vie moderne française. Vous êtes-vous quelquefois interrogés sur l‟utilité de ce que nous vous enseignons, et pensez-vous que le meilleur fruit de l‟enseignement, c‟est d‟ajouter chaque jour des connaissances nouvelles à celles déjà acquises ? Réfléchissez : parmi vous, il en est peu qui, dans quelques années, pourront rappeler la préparation de l‟acide azotique, résoudre une équation trigonométrique, écrire une lettre en allemand ; de plus il y aurait vraiment quelque folie à vouloir emmagasiner dans un cerveau dont les capacités intellectuelles demeurent à peu près constantes avec le temps, toutes les connaissances nouvelles dont le nombre augmente si rapidement ; enfin, l‟observation quotidienne nous enseigne que ceux-là ne sont pas les plus aptes à se diriger dans la vie pratique qui possèdent un bagage de faits trop nombreux : absorbés par une préoccupation unique, ils ne voient pas la réalité, et si l‟astronome de la fable connaît le nom de tous les astres, il ne voit pas à ses pieds le puits qui le menace. Si donc le seul but de l‟enseignement était de vous remplir le cerveau, dès maintenant vous sentiriez la vanité de tant d‟efforts communs de l‟élève et du maître pendant les années que vous passez ici. Ce qui importe, ce n‟est pas le savoir acquis, mais l‟aptitude à savoir davantage ; ce n‟est pas le chemin parcouru, mais le moyen d‟aller plus loin. Dès lors, c‟est l‟intelligence qu‟il faut développer pour tout faire comprendre, l‟intelligence qui, aidée de la méthode et de la réflexion, permettra de suppléer aux insuffisances inévitables de tout savoir. Qu‟une seule science puisse prétendre à la réalisation d‟un tel dessein, cela serait difficile à soutenir ; plutôt, l‟homme d‟une simple science est dangereux, comme l‟homme d‟un seul livre, d‟un seul journal. Est-il rien de plus insupportable que celui qui n‟ayant pas de génie a reçu une seule culture scientifique maladroitement poussée : logicien étroit et raisonneur, ne voyant qu‟une face de toutes les Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, 2010, Bernard Chédozeau http://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr/ 56 questions, « oubliant les contingences et ignorant que tout n‟est pas soumis à l‟enchaînement mathématique, il veut, théoricien maladroit, réduire la vie en syllogismes et il abonde en paradoxes qui ne sont pas même amusants, parce qu‟il a le tort d‟y croire ». Ajoutez que ce malheureux, qui verra avec perspicacité le pour et le contre en toutes choses, voudra tout peser, tout mesurer, comme le chimiste des réactifs, « oubliant que les raisons n‟ont pas de commune mesure » ; il demeurera toujours hésitant et troublé et sera incapable de prendre une décision et d‟agir. Il serait puéril de tenter une classification des divers enseignements et de vouloir délimiter la propriété éducative de chacun d‟eux : chacun a son effet propre et c‟est la résultante de ces effets divers qui doit former l‟esprit bien fait. Les Lettres, qui permettent aux générations successives le commerce des grands esprits en transmettant les idées et les traditions qui sont l‟âme de notre civilisation, éveillent dans le cœur de l‟enfant les plus enthousiastes sentiments, élargissent et développent son jugement ; mais, distribuées seules, il serait à redouter qu‟elles ne conduisent à une sorte de mysticisme et qu‟elles ne permettent pas à l‟esprit qui·en serait exclusivement nourri la connaissance des contingences dont l‟ensemble fait la vie de chaque jour. Or, les temps ne sont plus où nul n‟aurait osé protester contre la théorie du désintéressement nécessaire des études ; à notre époque, où l‟on vit beaucoup et vite, ce serait manquer à un devoir élémentaire à la fois envers le pays et envers l‟élève que de ne pas intéresser celui-ci à la vie qu‟il va vivre ; il faut l‟orienter franchement vers les utilités et ne rien laisser de côté de tout ce qu‟il a intérêt à connaître. A ce seul point de vue, l‟enseignement des sciences s‟imposerait ; je voudrais montrer comment aussi elles coopèrent à l‟éducation et à la discipline de l‟esprit. Peut être insisterai-je un peu plus sur le rôle des sciences d‟observation et d‟expérimentation ; vous ne vous en étonnerez pas : orfèvre je suis, orfèvre je reste. En nous faisant connaître le milieu dans lequel nous vivons et en nous fournissant sur nousmêmes quelques notions élémentaires, la physique et les sciences naturelles nous permettent de ne pas rester étrangers à ce qui nous entoure ; il n‟est pas possible d‟ignorer l‟importance actuelle de l‟électricité et ses merveilleuses applications ; il faut savoir se servir d‟un thermomètre, d‟un baromètre, faire une mesure, prévoir un accident lorsqu‟on utilise la chaleur. Pour cela, point n‟est besoin de formules compliquées, de descriptions pénibles à retenir. Aussi évite-t-on avec un soin jaloux de fourrer dans la tête des détails trop nombreux, de boursoufler les cerveaux, pour l‟espace d‟un examen, d‟un savoir éphémère dont ils se dégonflent le lendemain ; et cela pour deux raisons : d‟abord, nous ne voulons pas faire de vous des physiciens ou des chimistes de profession ; ensuite, c‟est un tout autre but que l‟enrichissement de votre mémoire d‟une longue nomenclature que nous voulons atteindre en réalité. En évitant les généralités abstraites, oubliées aussitôt qu‟apprises, et en vous mettant toujours – dans la mesure du possible – en présence du corps ou du phénomène étudiés, nous développons en vous le sens des réalités concrètes. Parce que vous aurez les pièces en main et que sous vos yeux se produira le phénomène, vous vous débarrasserez des jugements tout faits et préconçus ; parce que vous aurez dû observer le phénomène avant d‟énoncer la loi, vous en déduirez que les lois doivent expliquer les faits. Mais comme dans les mêmes conditions vous reproduirez le même phénomène, à vous s‟imposera l‟idée de la loi nécessaire. Cependant il vous arrivera que, vous croyant placés dans des conditions identiques, vous n‟observerez pas les mêmes effets : alors vous chercherez, et vous penserez finalement que les apparences sont trompeuses, que l‟observation est difficile, qu‟un premier examen ne suffit pas pour que les yeux du corps comme ceux de l‟esprit voient les choses telles qu‟elles sont exactement ; dans cette recherche, vous devrez suivre avec soin les phénomènes successifs qui se produisent dans votre expérience dont vous devrez distinguer les diverses phases : douteriez-vous qu‟un tel exercice ne vous habitue à la patience, à la précision, en même temps qu‟il ne plie votre esprit à jeter un regard clair sur toutes choses, à ne rien laisser derrière qui ne soit expliqué ? Les suggestions de·l‟imagination ne sont plus alors à redouter : ce qu‟il faut toujours, c‟est la raison de toutes choses. Mais connaitre la raison de chaque chose, est-ce là un bien si précieux, Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, 2010, Bernard Chédozeau http://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr/ 57 vraiment utile à l‟individu et à la société? Des hommes de talent, attristés sans doute de voir leurs idées les plus chères contestées par des esprits vulgaires, se sont acharnés après elle : « Il ne s‟est peut-être rien accompli de grand ou de véritablement fécond qui ne contienne dans son esprit ou dans son germe quelque chose d‟irrationnel », a écrit M. Brunetière. Et, parce que dans moins d‟un siècle la science n‟a pu résoudre tous les problèmes, [on a osé écrire que] « la raison imbécile… est impuissante à se délivrer seulement de ses doutes, bien loin de pouvoir faire elle-même son salut ». Tenez pour certain, Messieurs, que la raison est la faculté qui donne à l‟homme toute sa valeur ; celle qui, en l‟obligeant au respect de la vérité démontrée, lui interdira de jamais pactiser avec l‟absurde. Et parce qu‟elles sont empreintes de rationalisme, il faut se réjouir de voir que, dans les programmes actuels, les sciences physiques et naturelles ont conquis enfin une place importante. Si l‟on remarque que dans les phénomènes qu‟elles nous font étudier nos intérêts personnels ne sont jamais en jeu, on tombera d‟accord que les opinions que nous émettons à leur sujet sont sincères, indépendantes, impartiales ; en unissant dans un même effort vers la vérité impersonnelle notre pensée à toutes les autres pensées, l‟esprit scientifique s‟oppose à l‟égoïsme et est comme l‟apprentissage du désintéressement. Est-il besoin d‟insister sur les habitudes de réflexion que, sans effort, l‟on contracte dans l‟observation des phénomènes physiques, dans la contemplation de la nature : parcourez les chemins étroits et profonds, les fourrés inextricables qui donnent à chaque coin de votre [Louis Chédozeau est originaire du Poitou] contrée, si riche en contrastes, sa physionomie particulière ; examinez le sol granitique, hérissé de collines et coupé de vallons ; et, sans que vous vous en doutiez, vous vous accoutumerez à la réflexion, si nécessaire à notre esprit qu‟un rien séduit et trompe, et si facile aux jugements précipités. Enfin, il est encore une autre idée fort importante dont nous pénètre à chaque instant l‟enseignement scientifique : l‟idée de continuité. Dans les phénomènes physiques ou chimiques, nous voyons à chaque instant la matière changer d‟état ; mais toujours entre l‟état actuel et l‟état antérieur existe une relation étroite, et le passage de l‟un à l‟autre ne se fait jamais que par des transitions qui ne peuvent pas ne pas exister. La paléontologie, qui nous permet de lire dans le passé et nous montre la puissance du monde organique dont la nature actuelle ne nous donne qu‟une idée incomplète – car si belle qu‟elle soit, elle n‟est qu‟un moment dans l‟immensité des temps -, par l‟évolution des animaux et des végétaux à travers les époques géologiques, par l‟évolution comparée des êtres vivants, nous montre l‟enchaînement, la continuité entre des organismes qui, au premier abord, semblent si différents. Parce qu‟il nous montre partout et constamment les faits et les êtres soumis à cette loi de continuité, l‟enseignement des sciences nous indique les conditions de la liberté et du progrès. De la liberté : La liberté politique inscrite dans les lois·n‟est rien si la liberté de conscience – au sens le plus large de l‟expression – n‟existe pas, et celle-ci ne peut être que le résultat d‟une conquête de chaque instant, qui suppose l‟effort persévérant et continu. Du progrès : Si « vraiment l‟histoire du monde dans son ensemble est l‟histoire d‟un développement progressif » (M. Gaudry), le culte que nous devons avoir pour le passé ne saurait être une fin ; ce qui a été ne peut être la règle de ce qui sera ; c‟est vers l‟avenir qu‟il faut regarder. En dépit des vicissitudes historiques, le patrimoine humain ne cesse de s‟accroître : aujourd‟hui vaut mieux qu‟hier ; demain sera meilleur qu‟aujourd‟hui. En un mot, l‟humanité est en progrès, mais la loi de continuité veut que ce progrès passe par toutes les transitions ; aussi forcément sera-t-il lent, et si, d‟aventure, une tourmente brusque ou une transformation violente n‟ont pas ménagé suffisamment les transitions entre les deux états successifs, il y aura réaction, régression pour revenir au point d‟où l‟on est parti trop brusquement et d‟où l‟on recommencera la route, plus lentement, conformément aux lois de la nature qui, elle, n‟obéit jamais à l‟arbitraire et qui ne peut être vaincue que si elle est obéie. Il est impossible qu‟un cerveau qui n‟aura pas été orné, encore moins alourdi, mais qui aura ces habitudes de précision et de loyauté, ce désir de vérités positives, ce besoin de ne pas s‟en tenir aux apparences, ne transporte pas toujours avec lui ces idées, quelle que soit la direction de sa vie. Sachant observer et classer, capable de remonter d‟un fait à une loi, de vérifier une hypothèse, il Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, 2010, Bernard Chédozeau http://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr/ 58 n‟admettra pour vrai que ce qu‟il pourra comprendre et expliquer. Respectueux de la pensée d‟autrui comme de la sienne, il ne transigera jamais avec l‟absurde, et toujours il saura s‟incliner devant une preuve même si elle détruit une idée qui lui est chère. L‟éducation scientifique concourt donc à la formation de cerveaux positifs et réfléchis ; loin de s‟opposer à la culture littéraire, elle en est le complément et le correctif nécessaire ; elle garantit les esprits contre une mysticité fâcheuse que produirait une discipline trop exclusivement littéraire ; école d‟imagination réglée, elle corrige ce que celle-ci pratiquée seule pourrait avoir de dangereux pour l‟imagination ; elle nous ramène des hauteurs sereines où nous transporte le poète dans le sentiment des réalités concrètes, et ceux-là seraient étrangers à la fois à leur temps et à leur pays [les valeurs françaises] qui n‟auraient aucune initiative aux merveilleuses découvertes de la science. Des hommes ainsi préparés seront forts dans les luttes de la vie ; mais ils penseront également que leur rôle ne sera pas seulement de lutter avec âpreté dans le conflit des égoïsmes. S‟appliquant pour que le nombre n‟agisse jamais comme le mécanisme brutal des gouvernements despotiques, ils seront vraiment utiles à la démocratie. Je devine bien l‟objection : dans notre démocratie, tous ont le même pouvoir, tous n‟ont pas le même savoir, et c‟est le petit nombre seulement qui possède le savoir. Messieurs, le problème de l‟éducation de la démocratie est un des plus complexes et des plus troublants que l‟on ait à envisager. Le temps n‟est pas encore venu où l‟on puisse offrir à tous la haute culture intellectuelle à laquelle chacun a droit ; il n‟est pas possible d‟immobiliser pendant de longues années toutes les forces vives de la nation. Des initiatives privées ont bien essayé de résoudre la question et ont tenté d‟arracher la masse à la domination des faits pour la mettre en présence des idées, d‟intéresser les esprits à l‟amour du beau pour accroître la dignité humaine ; c‟est avec ces intentions qu‟ont été fondées des Universités populaires106. Malgré cet essai généreux, le problème demeure dans toute son ampleur, et dans le moment actuel, c‟est à une faible partie seulement que peut être donnée une haute culture. Mais ceux-là que la naissance, la fortune ou le hasard placent ainsi dès le début de leur vie dans des conditions meilleures, contractent envers la société une dette qu‟ils auront à cœur d‟acquitter. Ce patrimoine qu‟ils reçoivent ainsi en dépôt, ils n‟ont pas le droit de le considérer comme leur bien propre, exclusif ; il appartient à tous, et tous, dans quelque mesure, ont droit aux bénéfices qu‟il peut procurer. De cette considération découle le premier de vos devoirs : ne jamais être indifférent, car l‟indifférence, c‟est l‟état de l‟égoïste. Au surplus, l‟indifférence, qui amène le dégoût et l‟ennui conduit celui qu‟elle remplit à être abandonné et méprisé : l‟indifférent se retranche volontairement du nombre de ceux qui ont droit à l‟aide de leurs semblables. Il est une catégorie d‟indifférents particulièrement redoutables pour les démocraties. Vous avez certainement rencontré sur votre chemin des gens que rien n‟émeut plus ; qui, suivant une expression vulgaire, n‟ont plus d‟illusion : ce sont des blasés. Ils sont de tous les âges. On comprend, dans une certaine mesure, que celui-là succombe au découragement qui, arrivé au soir de sa vie, a été trop souvent le témoin ou la victime de l‟injustice ; mais que penser de ces jeunes vieillards qui, à l‟âge seulement où l‟on commence à apprendre et à comprendre vraiment, éprouvent à propos de tout de la satiété et du dégoût ? Ceux-là, il faut les plaindre et ne pas leur ressembler. A un âge où l‟inaction est sans excuse, on n‟a pas le droit d‟assister impassible à la bataille des idées, de ne jamais avoir d‟avis, de ne pas prendre parti entre la vérité et le mensonge, la justice et la force. Est-ce à dire qu‟il faille, à tout propos, émettre un avis, discourir de tout, intervenir dans toutes les questions ? Evidemment non ; et l‟homme universel, qui ne veut pas paraître ignorer quelque chose, est à redouter : il aimera souvent mieux mentir que se taire. Ce qu‟il faut, c‟est autour de soi mettre en garde contre l‟erreur, garantir des adhésions inconscientes. Il ne s‟agit pas de changer des convictions, de remplacer un dogme par un autre, mais simplement de donner à ces convictions un fondement, de montrer la beauté de la pensée libre, d‟instaurer dans tous les esprits la tolérance. 106 Où Louis Chédozeau enseigne aussi. Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, 2010, Bernard Chédozeau http://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr/ 59 Je ne crois pas, Messieurs, qu‟il y ait de but plus noble et aussi de plus nécessaire, car en élevant les autres on se protège soi-même. Regardez autour de vous : d‟un côté, vous apercevez une culture élégante et raffinée ; de l‟autre, vous voyez un individu que la beauté du travail n‟élève plus depuis que la machine l‟a détrôné. Ne craignez-vous pas que la rancune aveugle de celui qui connaît toutes les douleurs sans rien connaître des joies ne se manifeste pas par des colères ? Et ce qui pourrait disparaître dans l‟explosion de ces colères, c‟est tout simplement ce qui constitue la civilisation. Mêlez-vous donc franchement à la masse au milieu de laquelle vous allez vivre ; montrez que la théorie du chacun pour soi a fait son temps, que l‟égoïsme ne domine pas sur la terre. Faites tout ce vous pourrez pour que le déshérité, entrevoyant enfin un terme à sa souffrance, n‟accumule pas en lui des ferments de haine et de révolte qui éclateraient tôt ou tard. Tout cela, votre intérêt vous le commande ; que votre cœur également vous dicte votre attitude, c‟est lui qui recueillera la récompense. Rien n‟est bon comme de faire le bien, et le cœur n‟est jamais plus heureux que lorsqu‟il sent déborder les généreuses pensées dont il est plein. Messieurs, c‟est surtout à ceux d‟entre vous qui vont quitter le collège définitivement que je dédie les paroles que vous venez d‟entendre. Pour ceux-là, voilà du livre de la vie la première page fermée. Jusqu‟à ce jour, ils ont vécu sans souci du lendemain, toujours assurés du nécessaire, entourés de parents qui ne sont heureux que de leur bonheur et de maîtres dont le blâme ou l‟éloge ne sont inspirés que par le souci de leur bien. Et cependant beaucoup d‟entre eux, impatients de savoir ce que raconte la seconde page, s‟ils en avaient eu le pouvoir auraient tourné le feuillet avant d‟avoir achevé la page commencée. Nous ne vous jetterons pas la pierre, mes chers amis ; comme vous, en d‟autres temps nous avons eu les mêmes impatiences et les mêmes désirs ; tout ce que nous souhaitons, c‟est que vos rêves de hier soient des réalités demain, c‟est que l‟avenir vous procure tout ce que vous en espérez de bon et d‟agréable. Mais soyez assurés que de vous seuls dépend le résultat. Vous entrez dans la vie de citoyens mieux armés que le plus grand nombre ; sachez en profiter ; sachez construire votre vie. Construisez-la avec « la loi pour fil et le droit pour équerre », et que de tous vos actes la raison soit le fondement ; dédaignez le mépris qu‟ont pour elle ceux qui l‟ignorent ou la haine de ceux qui la redoutent. Conservez pieusement le culte pour la justice idéale qui a fait la grandeur de notre patrie dans le passé et qui doit la faire dans l‟avenir. Ecartez-vous franchement de ceux qui chaque jour déplorent notre décadence et qui n‟ont de talent que pour gémir sur l‟infériorité de notre race et la rabaisser systématiquement. De vous, entendez-le bien, il dépend que la France soit toujours la terre de la raison et de l‟enthousiasme ; de vous, il dépend que sa préoccupation la plus constante soit la justice pour tous, pour que, toujours, dans toutes les questions politiques et sociales les étrangers sentant que ses affaires sont celles du monde entier, la phrase de Michelet ne puisse être protestée : « Si l‟on voulait entasser ce que chaque nation a dépensé d‟or et de sang et d‟efforts de toute sorte pour les choses désintéressées qui ne devraient profiter qu‟au monde, la pyramide de la France irait montant jusqu‟au ciel, et la vôtre, ô nations, toutes tant que vous êtes, ah ! la vôtre, l‟entassement de vos sacrifices irait au genou d‟un enfant ». Saint-Yrieix, le 10 juillet 1908.

 

source :

http://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr/academie_edition/fichiers_conf/CHEDOZEAU2-2010.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s