Je me souviens des sanzilles (les mésanges)

« Une chose bien curieuse, c’est de voir les oiseaux faire leur nid. Leur adresse à tisser la mousse, la laine, l’herbe, le crin, est étonnante aussi bien que la rapidité avec laquelle ils ont achevé. Je connaissais tous les nids : celui de l’alouette qui fait le sien à terre dans l’empreinte d’un sabot de bœuf, et qui le cache si bien que souvent le moissonneur passe dessus sans le voir ; celui du loriot, suspendu entre les deux branches d’une fourche ; celui du roitelet bâti en forme de boule, avec un petit trou pour l’entrée ; celui de la mésange, que nous appelons sanzille, quinze à dixhuit petits sont pressés l’un contre l’autre dans un trou de châtaignier ; celui de la tourterelle, qui est fait de quelques branchettes croisées sans plus. Rien qu’en voyant un œuf, je pouvais dire sans me tromper de quel oiseau il était ; cependant, il y en beaucoup d’espèces dans nos pays. » Eugène Le Roy, Jacquou le croquant

https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Eug%C3%A8ne_Le_Roy_-_Jacquou_le_Croquant.djvu/441

Mon père utilisait ce terme. Je viens de découvrir qu’il s’agissait des mésanges.

Lisons notre Lavalade

« Mesange : la senzilha; la sendilha (24); la cendrilha ; la gamada (19) ; la sarralhiera (24) ; la besenja (19) ; (la mesenja) – 19) . La mésange bleue : lo senzilhon. La mésange charbonnière : la testa negra ; la charboniera. La mésange à longue queue : la saliera ; lo salieron ; la coa-longueta (24) ; la coa de padela (24) « 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s