On enseigne maintenant le « pont aux ânes » dans l’enseignement postérieur

Ben Didon  ! « néobacheliers »… et dire qu’à St-Yrieix, nous n’étions que bacheliers avec des notes guère élevées (sauf quelques rares : combien de mentions ?).

Le pont aux ânes* semble être ignoré de nos néos. Mais qu’importe, il n’y a plus beaucoup d’ânes ! et on ne doit pas traiter un jeune d’âne.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pont_aux_%C3%A2nes

Normal ! j’ai été traumatisé en Limousin. Que de fois ai-je entendu « Quel âne ! » et pire « bête à manger du foin ! » Et heureusement que je ne comprenais pas tout ce qui se disait en patois (i.e. en occitan limousin).

« L’UTC, à Compiègne, sensibilise de la même manière les néobacheliers à l’effort qu’ils vont devoir produire : « Nous avons identifié quarante-deux éléments fondamentaux à maîtriser pour amorcer une formation d’ingénieur », explique Etienne Arnoult.

Théorème de Pythagore,

manipulation des vecteurs,

dériver une fonction,

calcul de la vitesse d’un objet

la boîte à outils nécessaire pour franchir le cap de lycéen à étudiant »

http://www.lemonde.fr/campus/article/2017/01/17/baisse-du-niveau-en-maths-les-grandes-ecoles-s-adaptent_5063819_4401467.html

Ah ! Le Monde deviendrait-il donc « décliniste » à sa façon ? Et il devrait nous proposer des techniques modernes. Les universités du nouveau siècle, on maintenant des « ingénieurs en pédagogie ». Mais on peut s’en passer avec Youtube.

Pourtant notre ministre a lutté contre le déclinisme. On n’enseigne plus guère les déclinaisons du latin. Quel jeune savoure Brel ?

 

Quant au calcul des ponts… je pense que ça fait un moment que nos ingénieurs font faire ça en Asie. Je connais plusieurs grands travaux civils en France dont les calculs ont été faits en Asie. L’ingénieur maintenant, c’est comme le granit breton, il vient de Chine !

Bien des écoles d’ingénieur ont transformé des postes d’enseignant en ingénierie par des profs de bouisinesse.  « Faire faire au lieu de faire », il faut bien plusieurs heures d’enseignement pour faire comprendre ce slogan.

L’enseignant qui me communique cet article, m’écrit :

« Vous noterez que si les étudiants ne savent plus rien, l’article dit bien
qu’ils savent beaucoup mieux COMMUNIQUER leur néant. J’espère que ce sera
porté à mon crédit. »

Maintenant, si vous voulez quelques démonstrations du théorème de Pythagore, en quelques minutes (on n’a pas de temps à perdre au lycée !) :

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s