Pierre Bergounioux sur France-Culture (A voix nue)

Ce soir, sur France-Culture, l’émission A voix nue donnait la parole à Pierre Bergounioux pour une série qui continue demain (5 émissions en tout).

https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/pierre-bergounioux-de-lettres-et-de-fer-15-une-petite-patrie-en-correze

On peut écouter bien d’autres émissions où parle P. Bergounioux

https://www.franceculture.fr/personne-pierre-bergounioux.html

Il faut une vie pour accomplir une tâche, Pierre Bergounioux a passé la sienne à l’écrire, à tenter d’élucider les mystères de l’existence, à rendre hommage à sa Corrèze natale. Et à parcourir les casses en quête de « ferrailles à assembler », à sculpter, son autre passion.

Pierre Bergounioux nous emmène ici dans sa petite patrie natale en Corrèze, où il est né en 1949 à Brive-la-Gaillarde. Il y est question de mauvaises terres, sans expression, de la fin de la petite paysannerie et du bouleversement des modes de vie des années 60. Il y est aussi question d’une mère aimante, instruite, et de la découverte des trésors de la bibliothèque municipale.

Pierre Bergounioux évoque son arrachement des régions silencieuses de l’enfance pour accéder à l’enseignement supérieur. Normale Sup, agrégation, premiers salaires consacrés à l’achat de livres. Des journées entières à rattraper le temps infini qui l’a précédé. Sa rencontre avec l’œuvre de Faulkner.

Pierre Bergounioux prolonge le récit de la naissance de son engagement, celui d’étudier, de lire, puis d’écrire au plus près de la réalité de son expérience. Il évoque son besoin de Descartes et le fait que la littérature à voir avec l’entomologie, une autre de ses passions de toujours.

Dans ce quatrième entretien, Pierre Bergounioux parle de sa passion pour les arts plastiques et pour les artistes qui lui ont appris à voir. Il évoque sa passion du fer, qui traverse son œuvre littéraire, mais aussi ses journées d’été consacrées à assembler, souder, recycler des pièces dans ses créations sculpturales, ses « écritures de fer ».

Professeur de français en banlieue parisienne pendant quarante ans, Pierre Bergounioux dresse un constat grave sur l’école, lieu de reproduction et d’aggravation des inégalités sociales.

Il évoque ses Carnets de notes, le journal où il consigne ses faits et pensées depuis trente-six ans, façonnant un autoportrait de l’auteur dérobé au passage du temps.

Cette émission a fait réagir un autre Pierre.

https://rapieta.wordpress.com/2017/02/07/dins-queu-temps-dins-lu-poste/

Le dernier livre de P. Bergounioux

B17-G // Pierre Bergounioux

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s