Je me souviens de Jean Lurçat

Jean Lurçat, c’est le renouveau de la tapisserie à Aubusson.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tapisserie_d%27Aubusson

http://www.aubusson-tapisseries.fr/aubusson_tapisseries/aubusson_historique.htm

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Lur%C3%A7at

« 1933 est aussi et surtout l’année qui voit sa première tapisserie tissée à Aubusson suivant la technique nouvelle et révolutionnaire qu’il a mise au point. »

« En 1939, il expose à New-York et Paris (Petit Palais). En septembre, il s’installe à Aubusson avec Marcel Gromaire et Pierre Dubreuil dans le but de redonner vie à la tapisserie qui, à l’époque, subit une grave crise. Il met au point un nouveau langage technique : carton numéroté, palette réduite, tissage robuste à large point. Désormais, il abandonne la peinture à l’huile au profit de la gouache. Le musée national d’Art moderne acquiert Jardin des Coqs et L’Homme aux Coqs, dont le carton sera détruit par les SS en 1944 à Lanzac. En 1940, il collabore avec André Derain et Raoul Dufy. Les ateliers d’Aubusson tissent une vingtaine de ses œuvres. »

J’ai retrouvé Jean Lurçat à Angers que j’ai visitée lors de mon arrivée à Nantes. Ce fut une surprise, j’y allais voir la tapisserie de l’Apocalypse,  réalisée entre 1373 et 1382 ! :

http://musees.angers.fr/les-lieux/musee-jean-lurcat-et-de-la-tapisserie-contemporaine/musee-jean-lurcat-et-de-la-tapisserie-contemporaine/

http://www.narthex.fr/news/l2019apocalypse-d2019angers-guide-de-l2019aventure-spirituelle-et-artistique-de-jean-lurcat

« En 1966, grâce à Simone Lurçat (née Selves), veuve de l’artiste, le Chant du monde, œuvre que se disputaient plusieurs villes, est installé dans l’ancien hôpital médiéval Saint-Jean, à Angers, devenu l’année suivante le musée Jean-Lurçat et de la tapisserie contemporaine. Le Chant du monde composé de dix tapisseries d’une surface totale de 500 m2 (79 m x 4,50 m) est la plus importante réalisation de l’artiste. Commencée en 1957, elle devait atteindre une longueur de 125 mètres, mais cette grande œuvre a été interrompue par la mort de l’artiste. »

Wikipedia m’apprend le lien entre Lurçat et Jean Prouvé, qui est dit être son « maître ». Et Jean Prouvé, je « connais » . Je passe souvent à vélo devant la « Station Jean Prouvé » sur l’ île de Nantes (encore un nouveau nom depuis que les chantiers navals ont quitté ce lieu) à côté de l’écurie de l’Eléphant.

https://www.levoyageanantes.fr/etapes/la-station-prouve/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Prouv%C3%A9

En fait, il y a manifestement une confusion sur Wikipedia, entre Jean et Victor Prouvé, Jean étant un des enfants de Victor.

« Jean Lurçat se forme dans l’atelier de Victor Prouvé, chef de file de l’École de Nancy »

http://www.fondation-lurcat.fr/jean-lurcat

https://fr.wikipedia.org/wiki/Victor_Prouv%C3%A9

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s