Johny Halliday en Limousin/Périgord

Johny a joué en concert à …. Objat ! sur la route tordue de St-Yrieix à Brive. Étonnant !

https://www.francebleu.fr/infos/medias-people/johnny-halliday-avait-allume-le-feu-deux-fois-dans-la-petite-commune-correzienne-d-objat-1512537268

 » il faut aussi se rappeler que l’idole des jeunes s’est aussi produit sur des scènes plus modestes. En Corrèze, Johnny Hallyday s’est notamment produit deux fois à Objat.

La première fois c’était en 2000. Un concert événement forcément pour la commune d’un peu plus de 3.000 habitants qui voit alors déferler 15.000 fans de Johnny pour reprendre en chœur ses plus grands tubes. Sitôt la scène remballée, Objat association qui a organisé le concert rêve déjà de remettre ça. Ce sera fait en 2012, avec là un peu plus de 10.000 spectateurs. Et comme la première fois Bernadette Chirac dans les gradins.

Bernadette Chirac à l’initiative

D’ailleurs, l’ex première dame ne se contente pas d’être spectatrice. Elle est aussi à l’initiative d’un autre concert mémorable de l’idole des jeunes en Corrèze. En 2003, elle fait venir Johnny à Eyrin, dans sa circonscription, pour un show devant 25.000 personnes. Jacques Chirac est là aussi. A l’époque c’est le plus gros concert jamais organisé en Corrèze.

Mais Johnny s’est aussi parfois fait plus discret lors de ses passages en Limousin. Durant de longues années, on l’a vu régulièrement à Vallière, dans la Creuse, à l’époque où il était en couple avec Nathalie Baye. L’actrice possédait une maison là bas, revendue il y a une dizaine d’année. Mais Johnny n’a jamais donné de concert dans la Creuse. »

http://www.lamontagne.fr/tulle/loisirs/scene-musique/2017/12/06/mega-concert-de-johnny-en-2003-en-correze-le-producteur-jean-claude-camus-raconte_12652992.html

 » Le concert lui-même fut un succès populaire. 30.000 personnes ont repris en chœur d’abord les chansons d’un tennisman reconverti, Yannick Noah, puis les tubes du rockeur sexagénaire. La Montane était ce soir-là le lieu où il fallait être. Le tout-Corrèze se pressait dans les tribunes, autour du couple présidentiel et de personnalités comme Lætitia Hallyday, Line Renaud ou Michel Leeb. Ce fut, paraît-il, le plus gros concert jamais organisé dans le département.

Il s’est prolongé, c’est Jean-Claude Camus qui le raconte, par un déjeuner à l’Élysée offert à son « équipe rapprochée ». « Ma femme est toujours en retard, mais cela ne doit pas nous empêcher de prendre l’apéritif », avait lâché d’entrée un Chirac en grande forme. »

Et en Périgord vert ?

On n’a pas eu droit à Johny Halliday, mais à celui d’un de ses sosies, à la fête de St-Priest-les-fougères. C’était Johny Star

https://m.facebook.com/Johnny-STAR-369603475221/?locale2=fr_FR

 

http://saintpriestlesfougeres.blogspot.fr/2011/09/la-fete-du-15-aout-st-priest-avec-johny.html

Sur la génération Yéyé (je ne fus pas yéyé…j’étais Brassens, Brel, Barbara. On dirait maintenant « bitri », le Jean-Philippe Smets avait tout compris à l’avance !) :

http://www.lemonde.fr/archives/article/1963/07/06/i-une-nouvelle-classe-d-age_2207794_1819218.html

« 1963, Edgar Morin baptise la génération « yé-yé » dans « Le Monde »

Dans deux tribunes, le sociologue donnait un sens à cette « nouvelle classe d’âge », attirée par « un message d’extase sans religion, sans idéologie » véhiculé notamment par un « très viril » Johnny.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/archives/article/1963/07/06/i-une-nouvelle-classe-d-age_2207794_1819218.html#bGhp0viHXAtovDcj.99 »

Peut-être que je n’étais pas yéyé parce que mon père m’avait parlé des zazous et que ce terme était pour moi de la même catégorie que « babouillé » qu’il utilisait pour me dire de lire de vrais livres et non des « BD » (anachronisme, on n’utilisait pas ce terme dans les années 50)

P.S.

Christian Belingard m’écrit :

« vu Johnny trois fois en concert et reçu une fois en direct quand je présentais le JT de France 3 Limousin. Il était d’une simplicité étonnante pour une vedette comme lui, je fais le parallèle avec d’autres ( comme Barbelivien ou Jean -Claude Pascal) qui avaient vraiment la grosse tête alors qu’ils restent quasiment des inconnus. Le dernier spectacle que j’ai vu de Johnny au Zenith de Limoges était impressionnant( en 2009). Je me souviens d’une demi douzaine de gros camions qui avaient transporté le matériel de scène, garés près du Zenith , et d’une passerelle qui lui permettait de s’avancer vers les gradins en passant au dessus de la fosse située devant la scène. Comme à l’époque des grands gladiateurs de l’empire romain. Un dieu vivant… »

Oh ! j’avais oublié les Zeniths !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s