« Le mystère de la rapiette » (Claude Duneton)

Rapieta est le titre du blog de Jean-Pierre Reydy.

https://rapieta.wordpress.com/

La rapiette est le lézard gris

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9zard_des_murailles

Description de l'image Podarcis muralis, Livorno.JPG.

comme j’en ai beaucoup sur le mur de la maison de Bourdoux. Je trouve les oeufs quand je nettoie le terrain avant de planter les tomates. Maintenant, afin d’éviter de les déranger, je paille avant l’hiver. Ce qui me permet de planter sans bécher. Cet été, les rapiettes ont fait les délices de la couleuvre verte et jaune de plus d’un mètre qui logeait dans le mur de la maison. La couleuvre partie, j’ai revu quelques rapiettes. Les petites ne sont pas farouches et entrent dans la maison.

Je viens de relire « Au plaisir des mots » de Claude Duneton, Balland

Et j’apprends que maintenant une Halle porte son nom. Il n’y aura donc pas que Brassens…

« 10 nov. 2017 – Alors que s’ouvre ce week-end la Foire du livre de Brive, le village de Beynat, en Corrèze, baptise sa halle du nom de l’écrivain. »

http://www.lefigaro.fr/livres/2017/11/10/03005-20171110ARTFIG00253-claude-duneton-ce-monument.php

https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Duneton

«  »Il existe un mystère de la rapiette. Ce nom commun de lézard gris ordinaire ne se trouve nulle part. Il est absent de tous les grands dictionnaires, anciens et nouveaux, universels ou particuliers. […]

Heureusement, l’ouvrage de Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural (Fayard), relève le terme : « Dans le Poitou, le lézard  gris. » Quel soulagement ! Nous n’avons pas rêvé. J’ai trouvé mieux : le Dictionnaire de la langue verte d’Hector France, lexique rarissime tout à fait inconnu du grand public comme de beaucoup de spécialistes, publié vers 11905-1908, donne lui aussi : « Rapiette ; lézard gris, patois saintongeais. » Ouf ! Je respire … Hector (sans parenté avec Anatole) écrivait dans le dernier tiers du XIXe siècle ; ses mots ont de la bouteille. Reste à savoir jusqu’où s’étend le domaine géographique de la rapiette, en tout état de cause bien au-delà de la Saintonge ou du Poitou. Le bas-Limousin en témoigne, le Sud-Ouest aussi… Mais où emploie-t-on ce mot au juste ? Il n’est pas franchement sudiste : en occitan le terme est ingrisola dont la racine est gris. Ma curiosité étant aiguisée, je serais fort obligé à ceux et celles qui voudraient éclairer ma lanterne sur l’étendue d’emploi de la rapiette !

Quant à songer à son étymologie … J’ai beau retourner le mot sous toutes ses faces… Rapide pourrait se concevoir mais il s’agit d’un mot récent en français, comme rapidité (début du XVIIe siècle) ; comment aurait-il pu pénétrer un dialecte ?… Y aurait-il plutôt rencontre et coïncidence avec un étymon gaulois inconnu ? Rapi ? Mystère, mystère !  » (page 63-64-665)

 

 

Une réponse à “« Le mystère de la rapiette » (Claude Duneton)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s