« Motorway plan for Limoges to Poitiers »

Je ne manque pas de lire The Bugle sur papier chaque fois que je suis dans le PSY. Sinon, je le lis sur la Rentela.

Je lis dans le numéro de décembre 2017 :

 » Motorway plan for Limoges to Poitiers
It is a campaign that has been running for decades: the widening of the RN147 between Limoges and Poitiers. The Bellac bypass helped relieve some pressure as did an8km dual carriageway around Fleuré, but other  plans have come and gone. It currently takes on average two hours to drive the 130 kilometres
between the ex-regional capitals of the Limousin and Poitou-Charentes and the plan to link the two cities by high-speed rail looks dead in the water.
“Since the RN147 was classified as a regional planning priority in 1992, very little has been done,” complained Pierre Massy, president of the Chamber of Commerce and Industry of Limoges and Haute-Vienne. “At the current rate
of 600 metres per year, the road should be completed by 2172 at a cost, entirely at the local tax payer’s expense, of €1.5 billion!”
It would appear that the campaign for better road links between Limoges and Poitiers is finally gaining traction, however, and a project is now being put together to build a motorway connecting the two cities. “This would link the
A10 motorway, the A20 motorway and the Central Europe-Atlantic Road (RCEA),” explained Pierre Massy. “It would also create a real synergy between the city of Nantes and the urban areas of Poitiers and Limoges and open up the
north of Haute-Vienne and the area around Montmorillon in Vienne.”
The argument is strong. Not only would a motorway bring the two cities to within an hour of each other, statistics show that the RN147 is the
third most dangerous road in France per kilometre! The road currently carries between 10,000 and 12,000 vehicles per day, more than 10% of which are heavy goods vehicles. By comparison, the A89 motorway between Bordeaux and
Lyon carries between 5,000 and 10,000! “We must be ambitious for our territory and I think this project is vital,” Massy continued.
“If our plan does not go through, it would be a disaster not only for Limoges and Haute-Vienne, but also for Corrèze and Creuse. Three departments abandoned, we do not want that…” ■
Ah on croit encore au Père Noël ! imaginez les manifs contre ce projet ! Il faut vite le lancer. Et je vois bien les Zadistes de Notre-Dame-des-Landes venir zader si on les dézade de NNDL. Mais où ? qui a une idée ? près de Limoges ? Près de Poitiers ? Je vois bien près de Poitiers. Ils pourront relire mon cher Rabelais et lancer des  guerres picrocholines. J’espère qu’ils défendront le territoire du Bitard (Loué Soit-Il !). Ils ont bien défendu le  campagnol amphibie (Arvicola sapidus) celui que nous nommions dans notre jeunesse, de manière péjorative, rat d’eau. Quand nous nous baignions dans la Loue ou l’Isle, on n’aimait pas qu’un bestiau nous passe entre les jambes. J’ai appris que maintenant c’est une espèce protégée. Je comprends pourquoi des gens du Limousin et du Périgord profond réclament d’être protégés !
Car qui a défendu les moines de l’abbaye de Ligugé (1) qui est traversée par la nouvelle ligne de TGV ? Il paraît que même l’Ordre du Vénéré Bitard (LST) lors de sa visite annuelle aux moines, doit arrêter de chanter ses paillardes monastiques quand le TGV passe.
« Le cas de Ligugé a été évoqué à Rome, lors du Congresso (l’assemblée des abbés bénédictins) de septembre 1996 consacré à  » La formation monastique « . Dans son discours, le Révérend Père Dominic Milroy, sujet de sa Gracieuse Majesté, s’était interrogé sur cette confrontation brutale du temporel et du spirituel.
 » … L’opposition est-elle inévitable, le mur d’incompréhension entre deux conceptions de la gloire, l’une venant de Dieu et tournée vers lui, et l’autre propriété de l’homme ? Est-ce là la servitude particulière représentée par le TGV traversant le jardin de Ligugé ? Le TGV est par nature horizontal. Dans le cadre de ses limites et sur ses rails, il est utile, puissant et beau. Lorsqu’il traverse le jardin, est-il une flèche ennemie pointée sur le cœur de la tradition monastique, ou plutôt simplement une servitude lourde de la beauté du monde, mystérieusement insaisissable et difficile à atteindre ? « 
Le Bitard (LST) a dû quitter ses forêts de Ligugé. D’ailleurs, quand j’étais encore escholier pictave, nous allions le chasser lors de la Semaine Estudiantine, dans les bois de Chanteloup.
Il reste l’avion. Pour booster les aéroports de Poitiers et de Limoges. Non ? Je lis sur le site de celui de Poitiers-Biard que le vol Poitiers/Lyon est à 50 euros !
le train ? oui en passant par Paris. C’est beaucoup plus cher que l’avion. Il faut justifier ces énormes travaux de la ligne TGV. Quand on passe à Poitiers, on peut en juger.
Enfin, il reste l’élargissement, la sécurisation de la route. Cela a été fait de Nantes à Bressuire qui est en 2 fois 2 voies. On n’a pas vu de manifs contre ce chantier. Mais j’ai constaté que quand, en 50 ans on n’a pas réussi, on trouve un truc encore plus grand, plus coûteux dont on est à peu près sûr qu’il ne se réalisera pas. J’ai lu mon Machiavel 3.0.
(1) Fondé par l’ermite saint Martin en 361 il est, nonobstant plusieurs interruptions de vie monastique, le plus ancien établissement monastique d’Occident encore en activité, même si les bâtiments conventuels actuels sont d’époques relativement récentes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s