« Vieillir est un art difficile. On ne saurait s’y prendre trop jeune. »

 » Quand on est vieux, la vie est un livre qu’on a lu. On voit trop loin. On voit fini. Le passé n’a d’intérêt qu’au futur antérieur. Il faut se dépêcher de se souvenir. Vingt fois j’ai voulu dire adieu à ma jeunesse. Vingt fois je me suis trouvé trop jeune. Quand je me suis décidé, je me suis aperçu qu’elle était partie depuis longtemps.

Vieillir est un art difficile. On ne saurait s’y prendre trop jeune.  »

Alexandre Vialatte, La Montagne, 16 février 1965

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s