La porcelaine de Limoges et la Grande Guerre

http://www.musee-adriendubouche.fr/sites/default/files/Dossier%20p%C3%A9dagogique_La%20porcelaine%20de%20Limoges%20et%20la%20Grande%20Guerre.pdf

 

À travers des exemples concrets d’une industrie qui constitue un élément
identitaire fort du territoire, il est possible de mesurer l’ensemble des
conséquences liées à une économie de guerre et à la mobilisation d’un grand
nombre d’actifs. En effet, la Première Guerre mondiale frappe durement les
porcelainiers de Limoges. Un certain nombre de fabriques doivent fermer
leurs portes et celles qui poursuivent leur activité doivent réduire leur
production.
La guerre s’accompagne de bouleversements importants qui contraignent les
manufactures à de profondes restructurations : bouleversements des circuits
d’approvisionnement en matière première, désorganisation des circuits
commerciaux, mobilisation de la main d’œuvre masculine au front…
L’ensemble de ces bouleversements conduisent à une perception sensible de la
notion de « guerre totale », car les œuvres produites à cette période
permettent également d’évoquer les efforts de propagande, la lutte contre le
défaitisme ou encore l’héroïsation des soldats en direction de l’arrière du front.
Pour autant, cette période de bouleversements se révèle également celle de
l’inventivité et de la créativité. En effet, pour continuer à produire, certaines
manufactures vont rechercher de nouveaux débouchés et se lancer dans la
production d’objets originaux, notamment en faisant appel à des artistes.
Véritable parenthèse dans l’histoire de la porcelaine de Limoges, cette période
a donné lieu à des productions qui, par leurs intentions et les regards portés
sur ce conflit, deviennent des ressources documentaires surprenantes.
À la veille de la « Grande Guerre», le Limousin compte 960 644 habitants
(recensement de 1911). C’est une région rurale, sous industrialisée et peu
urbanisée. Limoges en est le pôle industriel régional majeur. L’industrie porcelainière y emploie alors 10 000 ouvriers – dont 40% de femmes en 1906 –
et devance ainsi celle de la chaussure et ses 4 800 ouvriers. Les 32 fabriques de
porcelaine ont une production de 300 000 m3 par an. Enfin, le chiffre
d’affaires de la porcelaine de Limoges est passé de 7,5 à 20 millions de francs entre 1880 et 1909. « 
Lire la suite sur le site du musée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s