Je me souviens de Goodyear, le père et le fils, celui de la vulcanisation et celui du cousu Goodyear

Né en 1946, j’ai vécu dans la chaussures et la cordonnerie.

« L’histoire commence à Limoges, en 1891, quand Edouard Blanchard ouvre son premier atelier. En 1904, il expédie son fils, Eugène, étudier aux Etats-Unis le secret du «montage Goodyear», un procédé d’assemblage qui assure souplesse, solidité et confort, et permet un ressemelage complet de la chaussure sans altérer sa structure. C’est dans la ville de… Weston, près de Boston dans le Massachusetts, qu’Eugêne apprend à coudre selon la méthode inventée par Charles Goodyear junior, le fils du chimiste qui mit au point l’utilisation industrielle du caoutchouc. Trois ans plus tard, de retour des Amériques, le jeune homme décide de lancer sa propre marque «J.M. Weston»… mais sans jamais donner d’explication quant à la signification de ce mystérieux «J.M.».

https://www.capital.fr/lifestyle/weston-le-plus-secret-des-chausseurs-1042158

En 1922, Eugène Blanchard s’associe avec Jean Viard2, dandy parisien rencontré sur les champs de courses. Ensemble ils déposent la marque J.M. Weston, communément appelée Weston de nos jours, et ouvrent une première boutique parisienne au 98 boulevard de Courcelles3, puis en 1932 sur les Champs-Élysées. Si le nom Weston rappelle la ville américaine, on ignore la raison du J.M4.

En 1960, la mode du mocassin permet au modèle « 180 » créé vers 1946, appelé « Mohican » mais aussi plus communément « Janson-de-Sailly », de devenir un incontournable de la marque J.M. Weston1 « 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Montage_Goodyear

« Cette technique, caractéristique des chaussures haut de gamme (impliquant une qualité supérieure) permet une grande longévité de la paire de chaussures : le ressemelage se fait sans aucune altération de la tige. »

http://www.la-botte.com/encyclopedie/cousu-goodyear.shtml

Ben couillon ! il passait donc des « chaussures haut de gamme » dans les mains de mon père quand il ressemelait. C’était dans les années 50, 60

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Goodyear

https://en.wikipedia.org/wiki/Weston,_Massachusetts

 

Nota :

« En 1898, la Goodyear Tire & Rubber Company, entreprise produisant des pneus en caoutchouc, sans relation ni avec Charles Goodyear, ni avec sa famille2, est fondée aux États-Unis. »

J’ai vu arriver les « vulcanisés » qui, pour les brodequins et les chaussures de tous les jours ont remplacé le « cousu ».

Ah le Pataugas  ! qui avait relancé l’industrie de l’espadrille à Mauléon-Soule ! Je passe à Mauléon en venant à St-Yrieix de Nantes. Mais pour moi, le vrai Mauléon, ce sera toujours Mauléon sur Sioule !

« Avec la fermeture des établissements Giraudier, sis à Mauléon-Soule dans les Pyrénées-Atlantiques, c’est un produit culte qui risque de disparaître. Cette entreprise de 35 salariés, principal fabricant des Pataugas, a dû arrêter la production de la célèbre chaussure de toile » […]

A Mauléon, berceau du Pataugas, on ne veut pas s’y résoudre. «C’est un industriel de la ville, René Elissabide, qui en a inventé une première version, avant-guerre, se souvient Jean Lougarot, maire de la commune. Cet ancêtre du Pataugas, la Regum, était en fait une espadrille montée sur une semelle de caoutchouc. Après-guerre, René Elissabide a amélioré le concept, et rebaptisé Pataugas ce brodequin de toile à semelle de caoutchouc cuite au gaz (d’où son nom). A la tête d’une usine de 400 ouvriers, l’industriel, qui était aussi un génie de la réclame, a imaginé de chausser trois marcheurs de la région, les «trois Etche» (Etchegoyen, Etcheverry et Etchebarry) de Pataugas, et de leur faire couvrir des distances telles que Mauléon-Londres, Mauléon-Bruxelles ou Mauléon-Gibraltar. Chaque étape donnait lieu à des fêtes autour du Pataugas.» Passés dans le langage commun, entrés dans le dictionnaire en 1959, les Pataugas feront l’Algérie aux pieds des appelés, avant d’équiper des générations de scouts, de randonneurs, de chasseurs et de pêcheurs. Et François Mitterrand, dont on dit qu’il aime les porter, à Latché, avec un manteau poil de chameau en cachemire. » Lire la suite sur Libé

Le brevet Pataugas :

http://patentsonthesolesofyourshoes.blogspot.fr/2016/07/oh-patents-pataugas.html

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s