J’utilise toujours une couade

Cette couade date des années 60. On l’utilisait à Bourdoux avant d’avoir l’eau courante venant du Puy Chalard. Nous allions chercher l’eau à une source (une « font »)

On remarquera qu’elle est en plastique. C’était l’époque où on remplaçait les seaux et cuvettes en fer étamé par des ustensiles en plastique. L’époque de la pub « Plastique Gilac, plastique miracle ».

souvenez  vous !!!!!!!!!!!

Voici comment Jean-Pierre Reydy parle de la couada dans  » Notre occitan « :

« la coada désignait ce récipient en fer blanc prolongé par le bas d’une queue en forme de cône percé (d’où le nom) posé sur le seau (la selha) rempli d’eau de la citerne (la cisterna), de la fontaine (la font) ou du puits (lu potz). Il en coulait un mince filet d’eau dans l’évier (l’aiguiera), ce qui permettait tant bien que mal de se laver les mains. Dans les années 60, on trouvait sur les marchés de jolies « couades » ventrues en matière plastique jaune !  »

La couade dans le Pain noir :

 » Sans cesse il allait de l’évier, où il se versait un verre d’eau avec la couade, à l’âtre où il prenait quelques tisons pour rallumer sa cigarette, de la porte de la chambre qu’il entrebâillait, prêtant l’oreille, à la fenêtre ouverte sur les prés. — Georges-Emmanuel Clancier, Le Pain noir, Livre III « Les drapeaux de la ville », Robert Laffont, 1961, p. 14.

 

La couade a-t-elle été inventée par les Arabes ?

http://quoras-tu-chabat.hautetfort.com/archive/2011/06/08/un-antique-usage-de-la-couade-la-pompe-hydraulique-d-al-jaza.html

 

J’apprends par Wikipedia qu’en Charente et en Poitou c’est la  cassotte.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cassotte

 » Une cassotte en Charente1 et en Poitou, ou bien encore coussotte2, appelée une couade (lo couado) en Limousin3 ainsi que dans le Cantal4, ou bien encore canole en Dordogne 5, est un récipient parfois appelé louche à eau6. À la différence de cette dernière, la cassotte a un manche tubulaire de forme conique. Elle était utilisée par exemple pour se laver les mains avec de l’eau directement puisée dans un seau.

Apparue vers le XVIIIe siècle, la cassotte a progressivement disparu avec l’installation de l’eau courante. Celle-ci a relégué l’ustensile parmi les antiquités et le mot lui-même tombe en désuétude7.  »

 

D’où vient le terme ?

« Pour l’étymologie, en grec, le mot kuathos signifie « vase pour puiser » et la proximité de casso en occitan, qui signifie « poêlon  » et a donné casserole et cassoulet, peut faire penser que le mot est de cette région16. Avec l’idée de « grande cuillère », l’occitan continue d’apporter de l’eau à ce moulin et le latin n’est pas perdu pour autant17. Il reste que la cassotte se trouve plus en Charente qu’ailleurs »

« Le mot couade est plutôt typique de la Corrèze. Au Portugal, le mot coado désigne une évacuation d’évier »

On trouve  » coada  » dans le Lavalade.

A Troche, en Corrèze, on fabrique des couades en bois.

http://www.troche.fr/notre-commune/decouvrez-troche/

http://www.creusois.com/forums/index.php?showtopic=1137&st=100

Il faut que j’y aille m’en procurer une !

D’autres photos de couade ici :

http://vieux-outils-art-populaire.blogspot.fr/2012/01/couade.html

 

J’utilise toujours la couade pour faire des travaux. Un seau d’eau se transporte facilement et avec la couade, on a un robinet. Nous l’avons utilisé quand nous faisions du camping. Elle avait grand succès. Et on n’en trouvait pas dans les magasins spécialisés. La notre venait de chez Camille Jarry en haut de la rue Pierre de l’Homme à St-Yrieix.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s