Les galoches au lycée

https://www.franceinter.fr/emissions/la-marche-de-l-histoire/la-marche-de-l-histoire-21-avril-2017

 » Jean Rohou est un éminent professeur de littérature française spécialiste de Racine ou encore de Madame de La Fayette. Parvenu à l’âge de la retraite et en haut du col de l’an 2000, il a considéré les chemins qui s’ouvrent à ses petits-enfants et s’est remémoré le sien propre. L’entrée miraculeuse au collège, le lycée Henri IV en galoches – en galoches, en 1953 !, l’agrégation et tout ce qui s’en suit et il s’est dit : c’est inouï pour un fils de ploucs ! A commencé alors la rédaction de ce qui deviendra une trilogie.

Le succès du premier volume, en 2005, a tenu pour une part à ce titre : « Fils de ploucs » ! « Vingt ans plus tôt, on m’aurait jeté des pierres, les bretons en avaient soupé des clichés. Mais là, c’était le bon moment. L’injure était devenue un motif de fierté. »  »

C’est avec émotion que j’ai lu ça. Mon père vendait des galoches. J’ai porté des galoches. C’était sain et écolo. C’était local… sauf le caoutchouc qui servait à les « ferrer » ! Mon père parfois « montait » la tige sur le bois. Puis est arrivée la semelle vulcanisée. On alors  brûlé pas mal de bois de socques et de galoches, mais pour se chauffer !

Une recherche sur la Toile m’a fait retrouver les galoches à bout carré, la dernière mode.

galocheABoutCarré

https://jimlajungle.blogspot.fr/2012/10/

https://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2018/04/14/les-galoches-au-lycee/

https://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2018/04/14/les-galoches-au-lycee/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s