Avec Alain Corbin, je me souviens qu’on  » allait au pré  » à l’école des casernes, et pêcher à la prairie à Excideuil

J’écoute Alain Corbin sur France-Inter interrogé par Jean Lebrun. Alain Corbin qui est connu depuis sa thèse d’histoire sur le Limousin.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Corbin

« Il suit des études à l’université de Caen où il a eu notamment comme professeur Pierre Vidal-Naquet4. Il est docteur (1968)5 et docteur d’État en histoire (1973)6 avec une thèse qui sera publiée sous le titre Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle7. Alors que, sous l’influence d’Ernest Labrousse, l’histoire du XIXe reste très marquée par l’approche structuraliste qui promeut une histoire quantitative, appuyée sur des données économiques sérielles, Alain Corbin se voit obligé, étant donné la rareté des archives disponibles en Limousin, d’orienter son attention vers d’autres sources : les structures de l’anthropologie, de l’imaginaire, les mentalités, la psychologie sociale. C’est ce sillon, découvert à l’occasion de son doctorat, que son œuvre tracera »

C’est aussi lui qui a écrit :

 

Une affaire qui s’est passée dans le Nontronnais.

Le sujet de l’émission d’aujourd’hui est le dernier ouvrage d’Alain Corbin. A 82 ans, Alain Corbin est un jeune homme !

Alain Corbin, La fraîcheur de l’herbe. Histoire d’une gamme d’émotions de l’Antiquité à nos jours, Fayard, 2018, 244 p.

Il nous a donné la différence entre  » le pré  » et  » la prairie « . Excellent. Cela colle parfaitement avec le sens que je donnais à ces mots. A Saint-Yrieix, à l’école, nous allions vers la fin de l’année scolaire, au pré. Le pré derrière les casernes. On y passait l’après-midi. Je me souviens qu’on y attrapait des grillons avec une tige de fleur pour les titiller. Ils sortaient à reculons. Le pré était en pente. C’est pour cela, m’avait expliqué mon père, qu’il y pouvait y avoir des grillons. Sur un pré horizontal, le terrier du grillon serait noyé lors des pluies. Et effectivement, mes tentatives d’acclimatation de grillons limousins (pas ceux qui se mangent !) sur ma pelouse nantaise ont échoué. La prairie c’était le long de la Loue à Excideuil.

Il a parlé aussi des odeurs de la terre.

Je me souviens de la différence entre Saint-Yrieix et Excideuil, 27 km au sud. La différence entre le schiste et le calcaire. Pas du tout la même odeur après la pluie.

https://www.lemonde.fr/livres/article/2018/04/29/l-historien-alain-corbin-se-roule-dans-l-herbe_5292212_3260.html

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/sebastien-le-fol/alain-corbin-on-est-en-manque-d-herbe-21-03-2018-2204425_1913.php

 » Corbin, qui est notre nouveau Bachelard « 

Il me faut relire La psyschanalyse du feu

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Psychanalyse_du_feu

Silence ! écoutons Corbin

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s