Les hannetons, les lucanes, les martinets, les grillons, souvenirs des années 50

Les hannetons

De nos jours, on ne voit plus guère de hannetons. Ils apparaissent une année sur trois. Des élèves en portaient à l’école dans de grosses boites d’allumettes. Le jeu consistait à tremper le hanneton dans un encrier et de le relâcher. Et de tenter de faire punir l’élève dont le cahier était maculé de taches d’encre. Ou encore d’attacher un hanneton à un fil par une de ses pattes. Alors le hanneton tournait bruyamment autour du fil tendu.

Les lucanes cerf-volant

Les soirs d’été, sur la route qui longeait l’étang Baudy, il y avait pas mal de lucanes. Et dans le fossé on pouvait ramasser ce que nous avions pris au début comme du silex. Le silex on avait appris à l’école que les hommes préhistoriques en faisaient des outils ou des armes. Et la grotte de Lascaux, les Eyzies ne sont pas éloignés de St Yrieix. Mon père m’a déçu quand il m’a appris qu’il s’agissait de scories de l’ancienne forge qui se trouvait à l’emplacement de la Brasserie Holderer. Mais en même temps, j’ai appris ce qu’était une forge.

Les martinets

L’Isle va du Chalard à Jumilhac en empruntant à certains endroits une vallée profonde. Nous y allions le dimanche à la pêche avec le pique-nique, au « Gravier ». Il y avait d’anciennes forges qui dataient du temps où la Dordogne produisait le fer qui alimentait entre autres, l’arsenal de Rochefort. C’était avant la découverte du charbon de terre dans le nord de la France. Les martinets étaient de grand marteaux qui permettaient de battre le fer. On peut de nos jours visiter l’ancienne forge de Savignac-Lédrier sur l’Auvézère.

Il y avait aussi des martinets qui nichaient dans la Tour du Plô derrière la maison. Il s’agit de sortes d’hirondelles. Les hirondelles, elles, nichaient au-dessus de la fenêtre de ma chambre.

Les grillons

A l’école primaire, à la fin de l’année scolaire, nous allions « au pré » derrière les casernes. Nous étions libres de nos jeux. J’ai passé pas mal de temps à faire sortir les grillons de leur trou en les titillant avec un brin d’herbe. J’aime bien les grillons. A côté de l’église, il y avait une boulangerie. On y entendait les grillons chanter. C’étaient des « grillons du foyer ».

Les grillons est aussi le nom donné à ce que l’on écume quand on fait cuire la viande du cochon. Ma mère ne nous en donnait pas. J’en ai mangé récemment. C’est très gras. Je n’ai pas aimé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s