La châtaigne ( Li Zi, 栗子, la chastanha) et ses bienfaits (suite)

La châtaigne, on en avait plein les poches en allant à l’école des casernes dans les années 50 à St-Yrieix, des boursées (las borsadas), i.e. des châtaignes cuites dans l’eau.

En cette saison, ce blog est visité par les gens que les châtaignes font péter. Ils se demandent si c’est vraiment la faute des châtaignes. Nous avons déjà répondu sur ce blog.

Pour les bienfaits, voici ce qu’on peut lire ici : https://anaca3.com/blog/les-chataignes-font-elles-grossir/

 »

Les bienfaits de la châtaigne

Avec 180kcal pour 100g de châtaignes crues, on passe à 250 calorie quand elles sont rôties. Les 36g de glucides sont des sucres lents, ce qui lui confère un Indice Glycémique Modérée (60). Ainsi, ils sont lentement assimilés par le corps et n’engendrent pas de pic glycémique. C’est en effet ce dernier qui est responsable des fringales et du grignotage.

Cet effet rassasiant est complété par l’apport en fibres (4g). Celles-ci gonflent dans l’estomac et favorisent à la fois la satiété et le transit intestinal.

Riche en manganèse et en cuivre, la châtaigne aide à prévenir les dommages des radicaux libres. De plus, on y trouve également du magnésium, du phosphore et du fer. Enfin, ce fruit sec contient une panoplie de vitamines du groupe B (B1, B2, B6) et de la vitamine C. Cette dernière booste le système immunitaire durant les mois d’hiver et contribue à une meilleure absorption du fer. En effet, le fer végétal est généralement moins facilement assimilé par l’organisme que le fer contenu dans la viande.

La châtaigne s’adapte à tous les régimes

Différents composants de la châtaigne en font un aliment idéal pour plusieurs types de régime. Riche en amidon, elle est recommandée sous toutes ses formes aux personnes intolérantes au gluten. De plus, ce fruit à écale apporte 3g de protéines, contenant huit acides aminés essentiels dont la lysine. Sa qualité en protéines en fait un aliment de choix pour les végétariens et végétaliens. Côté lipide, il s’agit principalement d’acides gras insaturés, donc bon pour les artères, avec un ratio Omega 6/Omega 3 favorable. Enfin, la châtaigne est alcalinisante, combattant l’acidité dans l’organisme.  »

Et ici : http://www.terrevivante.org/918-les-bienfaits-des-chataignes.htm

« Source de minéraux (fer, phosphore, cuivre…) et de vitamines B et C, la châtaigne est surtout riche en amidon « résistant », c’est-à-dire digéré lentement et incomplètement : elle remplit l’estomac sans entraîner de pic de glycémie (indice glycémique 65, contre 85-90 pour la plupart des féculents). D’où son intérêt dans la prévention des maladies métaboliques, telles que diabète, hypercholestérolémie, obésité. En outre, la châtaigne bien cuite est tolérée par les intestins fragiles.  »

 

Et pensez à quitter la ville ! allez voir les vaches. Et pétez à l’aise. Elles ne vous en tiendront pas rigueur. C’est convivial une vache, surtout la limousine.

Et les vaches vous dirons si vous savez les écouter que le tannin de châtaigne leur fait du bien :

http://www.cariboutg.eu/pdf/eleveur_laitier_06.2009.pdf

Pour sauver le Limousin, il faut attirer les Chinois. Et leur dire qu’ils trouveront ici des châtaigniers comme chez eux. (1)

http://seveetpapillon.org/vertus-therapeutiques-de-chataigne-medecine-chinoise/

Et faites comme les vaches… ma chez !

« Contre-indications

*Pris en excès, les marrons peuvent très facilement être la source de flatulences, surtout si on est en présence d’un ralentissement du péristaltisme intestinal. Il convient alors de consommer des châtaignes bien cuites et surtout de les mastiquer très longuement.

*Il faut éviter d’en prendre en cas de digestion très lente, « d’amas d’aliments dans l’estomac ». « 

Et répétez-vous ce qu’on lit sur la Toile :  » Riche en glucides et en fibres, elles favorisent le transit intestinal. « 

(1)

 » aujourd’hui l’essentiel de la production : 225 000 tonnes se répartissent ainsi entre la
Chine, la Corée du Sud et le Japon. En Corse, certains se souviennent encore du projet de greffes japonaises pour sauver les châtaigniers malades de l’encre. Le débat n’est pas tranché sur le point de savoir si les plants achetés par l’INRA ont été utilisés ou si les risques de contamination du chancre en ont à temps dissuadé. Ce qui est sûr, c’est que pour la première fois, l’île prenait conscience de cette châtaigne nippone. Or,c’est un élément central de la culture alimentaire du Japon. Le pays est en tête de la consommation castanicole ; outre sa propre production (qui dépasse les 25 000 tonnes), il importe 27 000 tonnes de châtaignes chinoises et raffole également des confections de marrons européens. Bref, sous le petit nom de kuri , la châtaigne est là-bas célèbre et adorée.  » http://www.revue-fora.org/Images/L%27autre%20pays%20de%20la%20chataigne.pdf

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s