Je me souviens de la poitrine angevine chantée par Boby Lapointe (chevalier de l’Ordre du Bitard (Lst))

Elle avait peu d’avantages
Pour en avoir davantage
Elle s’en fit rajouter
A l’institut de beauté, ah, ah, ah
On peut, dans le Maine-et-Loire
S’offrir de beaux seins en poire
Y a un institut d’Angers
Qui opère sans danger
Des plus jeunes aux plus âgés
On peut presque tout changer
Excepté ce qu’on ne peut pas
Quelle avanie
Avanie et Framboise
Sont les mamelles du Destin
Davantage d’avantages
Avantagent davantage
Lui dis-je, quand elle revint
Avec ses seins angevins, deux fois dix
Permets donc que je lutine
Cette poitrine angevine
Mais elle m’a échappé
A pris du champ dans le pré
Et je n’ai pas couru après
Je ne voulais pas attraper
Une Angevine de poitrine
Moralité
Avanie et mamelles
Sont les framboises du destin
Je chante du Boby (de Pézenas…la ville de Molière) chaque fois que je passe par Angers.
Angers c’est troublant !
Voyez La Maine !
 » La Maine est une rivière française de Maine-et-Loire qui, selon certains auteurs, serait très particulière puisqu’elle n’aurait pas de source. Elle est une grosse rivière cependant très courte puisqu’elle n’a que 11,5 km de parcours1. Elle se jette dans la Loire au niveau de la commune de Bouchemaine.Certains autres auteurs4 estiment cependant que la Maine n’est pas une rivière particulière : elle ne serait que la dénomination locale de la Mayenne sur la partie angevine de son cours, sur les 53 kilomètres entre Château-Gontier et la Loire.

Trois autres arguments plaident en faveur de l’identité entre Maine et Mayenne :

  • Bouchemaine est mentionnée dans un manuscrit de 1009 sous le nom de Bucca meduanæ, c’est-à-dire « Bouche de la Mayenne »
  • le village de Montreuil-sur-Maine est bien situé sur le cours de la Mayenne
  • le bras de la Mayenne qui rejoint la Sarthe, délimitant au nord l’île Saint-Aubin, est appelé la Vieille Maine.

Toutefois, la Mayenne n’est pas le principal tributaire de la Maine, la Sarthe étant de moitié supérieure en longueur comme en débit.

Pour les bateliers ligériens d’antan, le triple cours d’eau s’appelait simplement « les trois rivières » « 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Maine_(rivi%C3%A8re)

A Angers le Limousin retrouve Jean Lurçat, celui des tapisseries d’Aubusson.

http://musees.angers.fr/les-lieux/musee-jean-lurcat-et-de-la-tapisserie-contemporaine/musee-jean-lurcat-et-de-la-tapisserie-contemporaine/index.html

Publicités

Une réponse à “Je me souviens de la poitrine angevine chantée par Boby Lapointe (chevalier de l’Ordre du Bitard (Lst))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s