Les prénoms, la fin de la transmission

Mes prénoms sont le prénom de mon parrain, celui de mon grand-père maternel et celui de mon père.

Ceux de ma sœur sont le prénom de sa grand-mère paternelle, de sa grand-mère maternelle.

Dans la famille de ma grand-mère paternelle,  le prénom Michel se transmet de générations en générations ce qui ne facilite pas la généalogie. Il y a même plusieurs enfants qui sont prénommés Michel.

Comme je suis de la génération qui a perdu l’occitan limousin (le patois), celle de mes enfants a arrêté la transmission des prénoms.

Mes enfants ont l’un comme prénom, celui de sa marraine et celui de la duchesse de Bretagne, l’autre celui de sa mère et celui de ses parrain et marraine.

Mon fils a un enfant ayant un prénom du pays de sa mère et un autre qui a comme prénom un adjectif qui s’emploie avec « douceur », « langueur ».

Ma fille a un fils qui a un prénom biblique. Mais elle l’ignorait !

 

P.S. On m’écrit :

 » Que veux tu les prénoms suivent maintenant une autre règle que celles qui prévalaient : des obligations familiales et sociales.
Maintenant c’est la mode qui régit les prénoms, même si les parents n’en sont pas conscients. Ils croient donner à leur enfant un prénom original, qui rompt avec les « trucs nases » de leurs parents et ils donnent le prénom qui va être en vogue pendant une petite période. Quand ma fille était enfant ses copines d’école s’appelaient majoritairement Céline ou Valérie.
Mais il faut savoir que nos anciens n’étaient pas si crispés que ça sur la transmission des prénoms. Ils donnaient le prénom que la pression sociale imposait ( aïeul, parrain-marraine,) mais ils n’en avaient rien à foutre puisque ce prénom serait aussitôt oublié. Quand j’ai commencé la généalogie, que je trouvais dans la fratrie trois Jean, ou Pierre, je croyais que les précédents étaient morts. Pas du tout. Simplement nos anciens attribuaient au baptême les prénoms obligatoires tout en sachant qu’ils appelleraient leur enfant autrement. Dur pour le généalogiste, mais eux s’y retrouvaient très bien.
Puisque tu parles de la fratrie de ta grand mère paternelle qui se trouvait être ma tante, un de ses frères a toujours été appelé Léon alors que son « vrai » prénom était Aubin. Léon n’était pas inscrit à l’état civil.  »

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s