Train : La métaphore du voyageur de Calais par Maurice Allais

La métaphore du voyageur de Calais

https://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Allais

« Maurice Allais pose la question de savoir « combien coûte un passager monté à Calais dans le train pourParis ? »

  • Un contrôleur estimera que la consommation de ressources supplémentaires n’est pas vraiment chiffrable, et sera tenté de répondre presque rien (coût marginal nul).
  • Le chef de train sera plus mesuré : si soixante passagers font comme lui, il faut ajouter une voiture au train. Il sera donc tenté d’imputer 1/60e du coût de la voiture pendant le temps du transport.
  • Le chef de ligne ne l’entend pas de cette oreille : on ne peut pas ajouter indéfiniment des voitures à un train, et au bout de 20 voitures il faut doubler celui-ci. Il souhaite donc imputer pour sa part, en plus du 1/60e de voiture précédent, 1/1 200e du prix de la motrice et du salaire de son conducteur.
  • Le chef de réseau n’est pas du tout d’accord : on ne peut pas multiplier ainsi les trains sans risque sur une même voie, et à partir de 50 trains par jour il est obligé de doubler la voie. Il ajoute donc pour sa part 1/120 000e du coût de la voie (toujours rapporté au temps du transport).

Maurice Allais montre ainsi que par approximations successives on arrive à ce que doit être le coût minimal du billet pour que la compagnie ferroviaire ne se retrouve jamais dans une impasse. Cet exemple lui est associé sous le nom de métaphore du voyageur de Calais, qui illustre qu’on ne peut jamais vraiment parler du coût d’un bien ou d’un service, mais qu’il est plus exact de parler de coût d’une décision en indiquant à quel niveau on la considère.

Les économistes reconnaissent depuis longtemps le caractère relatif de la notion de coût puisqu’ils disent que le coût n’est jamais qu’un « coût d’opportunité » : la valeur de ce à quoi on renonce au moment d’agir. Le paradoxe est que les économistes mathématiciens ne raisonnent pas en termes d’action mais en termes de situations, de sorte qu’ils ne sont pas les mieux placés pour en tirer les conséquences logiques. Maurice Allais a notamment compris que le coût dépend des conséquences de la décision ; se pose alors la question de savoir à qui la décision coûterait effectivement quelque chose, pourquoi c’est à lui qu’elle coûterait cela, comment celui qui subira le coût peut s’assurer que ses représentants (le contrôleur pour la SNCF, par exemple) prendront les bonnes décisions… »

Une réponse à “Train : La métaphore du voyageur de Calais par Maurice Allais

  1. Bien évidemment, la métaphore du coût de situation s’applique aussi aux dépenses liées aux flux migratoires, chaque individu comptant peu mais le nombre créant des déséquilibres considérables.
    Maurice Allais avait poussé la démonstration plus loin, en précisant qu’à partir d’un accroissement exponentiel du flux de « passagers », il fallait aussi construire de nouvelles gares, avec des routes conduisant à ces gares et des parkings, engager des agents de sécurité, etc, etc…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s