» RN147 : à Lussac, Alain Rousset plaide pour l’autoroute « 

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/lussac-les-chateaux/rn147-a-lussac-alain-rousset-plaide-pour-l-autoroute

Le

 » Les élus du Montmorillonnais réclament de longue date l’aménagement de la route nationale mais sont dans l’ensemble frileux, voire hostiles, à l’idée d’une autoroute Poitiers-Limoges qui traverserait le sud-est de la Vienne sans améliorer la vie quotidienne des habitants et des entreprises.

« La situation actuelle est-elle satisfaisante ? Non, elle mortifère, a plaidé le président de région, rappelant l’accident mortel à Lhommaizé récemment. C’est la dernière route nationale à ce point mortifère et resserrée. Il faut deux heures pour aller de Limoges à Poitiers. Pour Limoges, être enclavé à ce point est inacceptable. »

Alain Rousset se dit prêt à engager davantage la région, avec les départements, dans « l’accompagnement de la rénovation ». « Pour l’instant on réalise le contournement de Lussac et Bellac. Mon souci est le suivant : peut-on faire dans les sept à huit ans une deux fois deux voies avec plein de sorties ? Ce n’est pas possible ; en 2030 on demandera qu’ont fait les élus. Essayons de débloquer le système et d’accélérer vers la solution la plus raisonnable. Il faut montrer la volonté des deux départements et de la région en augmentant les financements pour amorcer la mise à deux fois deux voies ; l’autoroute viendra sur le reste du tronçon. »

Le président estime que l’autoroute profiterait à l’économie du Montmorillonnais : « Je comprends le souci que les commerces continuent d’exister mais à Agen, les nœuds d’autoroute deviennent des nœuds d’activité. »  »

Je discute souvent quand je m’arrête boire un café, manger un croissant sur cette route avec les commerçants. Ils sont contre une quatre voies. Ils citent l’exemple de Bellac depuis la déviation.

Et pourtant ! quels embouteillages à Bellac ! j’avais la trouille dans la côte, de me trouver écrabouillé entre deux poids-lourds. Et quand on avait passé la maison natale de Jean Giraudoux, on n’avait plus envie de s’arrêter au café ou ailleurs !

Mais peut-on encore faire une autoroute, une ligne de train, déplacer un aéroport ?

Ce qui serait bien pour moi vieillissant (et moi et moi et moi) c’est une ligne de train-auto-couchettes (mais svp ! ne nous faites pas passer par Paris !). Et ce serait super écolo. Ah non ?

On est un peu perdu. Il faut vous dire que la NR (quand on a été étudiant pictave, on sait ce qu’est la NR !) nous avait dit le 19/05/2018 à 04:55

« La Région a affirmé jeudi son engagement au côté des départements pour aménager les nationales 147 et 149. Les élus et l’association Voie rapide 147-149 excluent l’idée de l’autoroute.

Ça va mieux en le disant. Gérard Sol, maire de Mignaloux-Beauvoir et président de la nouvelle association Voie rapide 147-149 (1) a salué jeudi soir les propos de la vice-présidente du Conseil régional Andréa Brouille, venue à Lussac-les-Châteaux « enlever toute ambiguïté sur le soutien d’Alain Rousset (président de la Région) à votre association et au projet d’aménagement du territoire. Il soutient votre position qu’il juge la plus réaliste. »
Plus réaliste que l’idée de l’autoroute concédée, remise au goût du jour par le président de la CCI de Haute-Vienne alors même que débute à Lussac-les-Châteaux l’enquête publique préalable à la construction d’une déviation en voie expresse (lire en encadré).
Le ministère des Transports a fait savoir son opposition à l’idée d’autoroute, a indiqué Gérard Sol, qui a rencontré le directeur de cabinet d’Élisabeth Borne : « Le moment est stratégique, la ministre a dit que Poitiers-Limoges est une priorité pour l’Etat, les parlementaires et les présidents des trois départements sont d’accord pour la 2 fois 2 voies, la pire des choses serait le désaccord, on ne doit pas dévier de notre ligne. » « Notre message est fort et simple en effet, confirme Bruno Belin (président du conseil départemental de la Vienne), une deux fois deux voies sur les nationales 147 et 149. On a pris un engagement financier clair (2), ne perdons pas de temps. » « Cette autoroute concédée ne peut pas voir le jour en dix ans comme le dit le président de la CCI et coûtera cher aux contribuables et aux usagers » estime Jean-Claude Leblois (Haute-Vienne), soucieux de « démonter les arguments » dans la bataille de communication engagée.
« Cet axe est majeur pour nos collectivités et nous avons pris du retard, poursuit Gilbert Favreau (Deux-Sèvres), si on continue à travailler d’un commun accord, nous aurons un résultat. Peut-être pas dans les dix ans, (1) mais nous l’aurons. »

(1) Formée de la fusion des associations Avenir 147-149 et Liaison routière Nantes-Poitiers-Limoges. Lire notre article du 26 janvier. (2) Le département verse 35 des 94 M€ pour la déviation de Lussac, l’état 33 et la région 26.

Une chanson qui me semble coller au projet. Parole d’un connaisseur qui fréquente cette route depuis 1965 (la première fois pour aller passer les oraux de sciences-éco à Poitiers. Car au Présidial, à Limoges, on ne passait que l’écrit. C’était pas écolo !)

(1) Ben à plus de 80 ans, je pourrai chanter avec Dalila et Delon

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s