Je me souviens de Petula Clark

https://fr.wikipedia.org/wiki/Petula_Clark

 » Petula Clark, née Petula Sally Olwen Clark, le à Epsom (Surrey), est une chanteuse, compositrice1 et actrice britannique.

Au cours de la décennie 1960-70, elle connaît un succès international avec des titres en français ou en anglais comme Downtown (1965), Chariot (1962), Ya ya twist (1962) ou encore La Gadoue (1966). Ses ventes dépassent les 68 millions de disques dans le monde2.  »

 » En 1957, elle est invitée à chanter à l’Olympia et, le lendemain, Léon Cabat, président des disques Vogue, qui distribue ses disques en France, lui propose d’enregistrer dans la langue de Molière. C’est là qu’elle rencontre Claude Wolff qui est l’attaché de presse de Vogue. Ils se marient en 1961 et, depuis, Claude gère la carrière de son épouse.

Dans les années 1960, elle devient une grande vedette de la chanson francophone en interprétant notamment Boris Vian et Gainsbourg. Sa période faste se situe entre 1962 et 1968, grâce à des titres comme Garde moi la dernière danse (enregistré dans différentes langues), Marin, Roméo, Le ya ya twist, La nuit n’en finit plus, Chariot ou encore Downtown.  »

Je pense à la chanson en passant à Mortemart (dans les monts de Blond) sur la route de Jumilhac à Nantes (entre Bellac et St-Junien). Un autre personnage m’y fait penser quand je passe sur le pont de Lussac-les-Châteaux sur la Vienne. On ne voit pas son cénotaphe de la route mais une auberge qui porte son nom. C’est John Chandos.

https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Chandos

 » En 1369, le Prince Noir le nomme sénéchal du Poitou. La guerre est alors en train de reprendre contre la France. Le 31 décembre, il est blessé mortellement par la lance de Guillaume Boitel lors d’une escarmouche près du pont de Lussac-les-châteaux 2 . On le transporte à Morthemer où il meurt le . Regretté par Édouard III, il l’est aussi par Bertrand Du Guesclin, qui admirait son courage et son talent militaire.

Il a été inhumé en l’église de Morthemer. Son tombeau a peut-être disparu lors de malheureux travaux de restauration au XIXe siècle. Peu après sa mort, un cénotaphe est érigé en sa mémoire par les autorités anglaises sur les rives de la Vienne où a eu lieu le combat. Déplacé au XIXe siècle à proximité pour le protéger des crues par la société d’histoire locale, il est classé aux Monuments Historiques en 1909 et est aujourd’hui visible dans un petit jardin aux Aubeniaux entre la rue Jean Chandos et la route de Gouex, sur la commune de Mazerolles  »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mortemart

Morthemer… Mortimer… mais il ne s’agit pas du même !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Valdivienne

La prochaine fois il me faudra visiter le Château et église XIIe siècle de Morthemer.

1280px-Château_de_Morthemer_Vue_Nord

Par © Emmanuel Dissais / Wikimedia Commons, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=69704681

« L’homonymie avec les Mortemer (en Seine-Maritime, dans l’Eure et dans l’Oise) est sans doute fortuite. En tout cas, Ranulph ou Raoul de Mortemer qui accompagna Guillaume le Conquérant à Hastings et qui est à l’origine de la lignée de la famille Mortimer était un seigneur normand, sans lien de parenté avec les seigneurs de Morthemer.  »

 

 Que Fais-tu Là, Petula ?

Mon ancêtre Mortimer, Mortimer Peabody
Qui a fait cent ans de guerre du côté anglais
Est un fantôme féroce qui ne me pardonne pas

D’avoir choisi pour mes noces un mari françois
Et Mortimer, toutes les nuits en colère, me crie

Que fais-tu là, Petula ?
What do you do there ?
Que fais-tu là, Petula,
Loin de l’Angleterre ?

Que fais-tu là, Petula ?
I don’t understand
Que fais-tu là, Petula ?
Come back to England !

Remember Piccadilly and Christmas pudding
Remember Tipperary, return to the Queen

Que fais-tu là, Petula,
Chez nos ennemis ?
Je suis mort à Fontenoy
Tu nous as trahis !

Mon ancêtre Mortimer, Mortimer Peabody,
A perdu une autre guerre contre les Français
Il s’est si bien habitué au ciel de Paris
Qu’il ne veut plus le quitter, même pour une nuit
Quand je vais à Londres aujourd’hui
Mortimer me crie

Que fais-tu là, Petula ?
What do you do there ?
Ramène-moi, Petula,
Aux Folies Bergères

Que fais-tu là, Petula,
Si loin de Paris ?
Les Parisiennes, Petula,
Very good for me !

Leurs fantômes sont si jolis, moi, je veux rentrer
Pour hanter toutes les nuits les Champs Elysées
C’est très extraordinaire
Ce fantôme anglais
Qui a fini par se faire…
Naturaliser !

Et cet autre succès :
The lights are much brighter there
Les lumières sont plus éclatantes là
You can forget all your troubles, forget all your cares
Tu peux oublier tous tes ennuis, oublier tous tes soucis
So go downtown, things’ll be great when you’re
Alors va enville, les choses seront merveilleuses quand tu y seras
Downtown – waiting for you tonight
La ville t’attend ce soir
Downtown – you’re gonna be all right now
En ville tout ira bien maintenant
Ah la ville ! maintenant que tout le monde ou presque y vit, on n’oserait plus chanter ça. C’est qu’on est faux-cul 3.0 !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s