La peau des pommes de terre

Je me souviens de l’appareil chez Thomas (légumes, fruits, poissons, primeurs) à côté de chez nous, rue du marché. Appareil qui servait à enlever la peau de petites pommes de terre primeur, délicieuses.
De nos jours, y a pas plus mieux que l’œuf avec un crotte de poule et un duvet accroché à la crotte. C’est bio, nature et extra pour la santé ! ah ah, l’oeuf dynamisé à la fiente de poule !
J’en ai connu qui allaient acheter des œufs pas cher au souper marquette et faisaient l’opération de naturalisation chez eux avant de vendre dans les marchés bios « de producteurs » ou dans les fêtes de la « nature ». Essentiel, avoir la tenue adéquate. Je ne vous la décrit pas. Vous connaissez.
Et manger les pommes de terre avec la peau, c’est très chic de nos jours.
Et les producteurs vous le conseille… enfin, lisez bien bien.
« Aujourd’hui, la plupart des variétés ont une peau assez fine, et les techniques de lavage et de brossage des tubercules avant mise sur le marché, rendent une consommation avec la peau tout à fait possible. Pas de raison de s’en priver, donc, d’autant que c’est sous la peau et dans la chair située en périphérie que se trouvent les vitamines et les minéraux. Il est donc conseillé de consommer la peau des pommes de terre, bien lavée, le plus souvent possible, ou d’opter pour un épluchage fin afin de limiter les pertes en nutriments. »
Ah ah ! c’est qu’on marche pour la planète !
« Hérouville-Saint-Clair. Ils ont fait des chips avec des pelures de pommes de terre »
Allez voir devant les immeubles ce qu’on y jette. Mais on mange les pelures de pommes de terre. On appelle cela de « l’animation sociale » !

 » Et allons donc, des pommes de terre bio avec la peau ! J’y reviens : je retrouve des textes de Parmentier qui signale bien que l’eau de cuisson de peaux de pommes de terre est « âcre » : pas étonnant, puisque l’on extrait ainsi les glycoalcaloïdes. Et la cigue bio ? (surtout pas!)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Glycoalcalo%C3%AFde

 » Les glycoalcaloïdes sont une famille de substances toxiques communément trouvées dans les espèces de la famille des Solanacées.

Il existe plusieurs glycoalcaloïdes (sucre + alcaloïde) qui sont potentiellement toxiques. La solanine (sucre [solanose] + alcaloïde [solanidine] = solanine), se trouve par exemple dans les pommes de terre et les tomates.

Les glycoalcaloïdes ont un goût amer et produisent une irritation à l’arrière de la bouche et sur le côté de la langue quand ils sont consommés.

Des gels à base de glycoalcaloïdes sont commercialisés comme exfoliants. « 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s