Je me souviens de Michel Serres

 » En 1968, pour impressionner mes étudiants, je leur parlais de politique. Et pour les faire rire, je leur parlais de religion. Aujourd’hui, c’est l’inverse. »

Michel Serres.

« Que nul n’entre ici s’il est illusionniste. Inversement, toute philosophie, tout discours et tout texte qui évitent ce lieu gardent les coudées franches pour tromper indéfiniment et paraître à chacun ne jamais se tromper. Le critère de vérité c’est le risque d’erreur. Le seul chemin vers l’invention, c’est le consentement total à se tromper, devant les autres. Tout le reste n’est que pouvoir. »

Michel Serres in La naissance de la physique dans le texte de Lucrèce, Editions de Minuit, 1977

Je l’ai découvert lors d’une conférence organisée par à la faculté des lettres de Nantes dans les années 70 par le professeur Jean-Louis Gardies.

https://lefenetrou.blogspot.com/search?q=Serres

Serres nous a fait une conférence sur la fable Le loup et l’agneau. Il a montré que La Fontaine avait construit sa fable sur la structure d’ordre. Il a commencé très pédagogiquement à expliquer ce qu’est une structure en maths. Des relations entre des objets. En maths on ne sait pas quels sont ces objets et quelle est la signification de ces relations. Quand on choisit un ensemble d’objets (des employés par exemple) et une relation (est chef de, par exemple), si tous les théorèmes de la structure sont vrais, alors on a un modèle de la-dite structure. Et il nous a montré les différents modèles de la fable ( (plus fort-plus faible, modèle biologique, amont-aval, modèle spatial, parent-enfant, modèle généalogique, etc.).

A la fin un auditeur lui a demandé « Qui nous dit que La Fontaine a construit sa fable ainsi ? » Serres lui a répondu. « prouvez-moi le contraire ? ou quelque chose approchant.

J’ai toujours le texte de cette conférence qui avait été publié à l’Université Libre de Bruxelles sous le titre  » Le jeu du loup « . On ne le trouve pas sur la Toile. A été publié dans

Savoir, faire, espérer : les limites de la raison. Volume publié à l’occasion du cinquantenaire de l’École des sciences philosophiques et religieuses et en hommage à Mgr Henri Van Camp (Publication des Facultés universitaires Saint-Louis, t. 5). 1976

J’ai ses Hermes. Beaucoup moins pédagogiques et brillants que sa conférence.  Et son :

Mais sur la Toile on  trouve cité des milliers de fois son livre Petite poucette.

Ah pour être connu…il faut faire dans le sens du vent. Pourtant « en même temps  » Serres a pu dire… (voir plus loin)

J’écrivais en 2015

« Grâce aux NTIC, le temps est d’amour » Ben couillon ! C’est du Michel Serres ! depuis qu’il est à l’Académie, il fait dans le moderne. Ben couillon !et quand on sait que  « sans amour on n’est rien du tout » ! (E. Piaf) On m’écrit :  » Michel Serres : « Un allumé qui se prend pour un phare » … ce n’est pas de moi, c’est de René Pommier (il y a au moins 10 ans déjà !  »

 » Ce que je voudrais moi, c’est inviter les Français à faire la grève, chaque fois qu’une publicité sera en anglais on n’achète pas le produit, chaque fois qu’un film ne sera pas traduit dans le titre, on ne rentrera pas dans la salle de cinéma. On ne rentre pas dans un shop, on entrera dans une boutique. Et dès lors que les publicitaires et les commerçants auront 10 % de moins de chiffre d’affaires, ne vous en faites pas, ils reviendront au Français. La classe dominante n’a jamais parlé la même langue que le peuple. Autrefois ils parlaient latin et nous, on parlait français. Maintenant la classe dominante parle anglais et le français est devenu la langue des pauvres ; et moi je défends la langue des pauvres. Voilà, c’est pour ça que je demande qu’on fasse la grève. J’en ai marre que la SNCF nous fasse des «smiles». J’en ai plein le dos de cette affaire. Je suis d’accord qu’il y ait une langue de communication, il y en a toujours eu une. Autant ce genre de choses commence à mettre la langue française en péril et c’est dramatique. Il y a plus de mots anglais sur les murs de Toulouse qu’il y avait de mots allemands pendant l’occupation. Par conséquent qui sont les collabos ?   » Michel Serres

La Dépêche du Midi

2018 : Défense et illustration de la langue française aujourd’hui, (avec Michel Polacco), Paris, Le Pommier

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s