» La Corrèze avant le Zambèze « , qu’est devenu le Zambèze ?

« Le Zambèze (également orthographié Zambèse au XIXe siècle) est un fleuve d’Afrique australe, le 4e fleuve du continent par la longueur, après le Nil, le Congo et le Niger.

Long de 2 750 kilomètres, il prend sa source en Zambie, fait une courte incursion en Angola, revient en Zambie dont il délimite les frontières avec la Namibie, puis sur 400 m avec le Botswana et ensuite avec le Zimbabwe. Il traverse le Mozambique où il se jette dans l’océan Indien. Son bassin couvre 1 330 000 km21,2 et les pluies qui l’alimentent sont concentrées entre novembre et mars. Son débit habituel est relativement modeste, de 2 000 à 3 000 m3/s, mais il a atteint 32 800 m3/s en février 1956. Ses affluents principaux sont la Kafue et la Shire, émissaire du lac Malawi. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Zamb%C3%A8ze

Le Zambèse c’est le fleuve. La Corrèze c’est la rivière.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/57/Victoriaf%C3%A4lle.jpg/220px-Victoriaf%C3%A4lle.jpg

Les chutes Victoria … et en Corrèze, les cascades de Gimel !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Carti%C3%A9risme

« Le cartiérisme est un courant d’idée qui, à la fin des années 1950 en France, estimait que les colonies coûtaient trop cher, et qu’il valait mieux financer la métropole en priorité. Le mot vient du journaliste à Paris Match Raymond Cartier :

« Le colonialisme a toujours été une charge en même temps qu’un profit, souvent une charge plus qu’un profit. Dans les conditions et sous les servitudes politiques actuelles, c’est plus vrai que jamais »

— Paris-Match,

Ce mouvement est notamment symbolisé par la célèbre formule « La Corrèze avant le Zambèze », souvent attribuée par erreur à Raymond Cartier1, mais qui a en fait été connue à la suite de son utilisation par Jean Montalat en 1964 à l’Assemblée nationale2,3. L’expression est encore utilisée aujourd’hui pour exprimer, souvent de façon péjorative, l’opposition aux politiques publiques d’aide au développement.

À titre d’exemple, le montant des investissements publics de la métropole dans les colonies françaises dans la période 19451960 s’est élevé à 32,5 milliards de francs-or, soit le double de l’aide américaine à la reconstruction versée à la France dans la même période.

Il faut signaler que la formule « plutôt la Corrèze que le Zambèze », si elle a l’avantage de la concision et de la rime, est fausse historiquement parlant : le bassin hydrographique du fleuve Zambèze n’a en effet jamais contenu de territoires français. « 

Une réponse à “ » La Corrèze avant le Zambèze « , qu’est devenu le Zambèze ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s