totjorn aver quauqua ren a la man « per aver l’aer mens béstia »

Quel plaisir de lire un auteur qui écrit  bien ce que vous ressentez !

J’ai manqué les derniers billets de Jean-Pierre Reydy, alors je me rattrape.

Pour vous conduire sur ses pages, voici un extrait de son dernier billet.

http://www.lochamindelafont.com/archives/2019/08/15/37568337.html

E ’quò-’quí, benleu ! Et ça ! Pas mal, non ?

« Quand era en vila, ma defunta granda-mair voliá totjorn aver quauqua ren a la man « per aver l’aer mens béstia », coma disiá. Auriá plan trobat que an l’aer béstia, ’quela toristalha que vesem se banturlar de çai, de lai, quand ven la sason, e que fan ren de lurs mans. An de las lunetas negras per pas veire lo trabalh, coma disiá la Felicia Brolhet. Dins lo temps, las mans de las femnas demoravan pas sovent sens ren far. Quand vesian un òme s’estautinar las doas mans darreir l’eschina, los mocandiers li damandavan si « aviá dau blat a vendre ». Si òm teniá un gatge, quo era per trabalhar. Òm preniá un panier o ben un cabas per anar a l’espicier o a la feira, una agulhada per anar davant los buòus, una lata per jablar los cacaus, una vimzela per flacar las jarras daus goiats en culòta corta, un baston…

Un baston ? Vesam veire : un baston per tochar las vachas, par anar aus champanhòus, tustar a las pòrtas (« I a quauqu’un ?), tuar las serps o ben per esmanciar aus chins quand òm passava dins un vilatge… Un òme o una femna que tenian un baston se fasian apriandar de las béstias : vachas, chins o sauvatgina. Mai benleu de las béstias que avian nonmas doas pautas… coma la nuech que ma mair enquera jòuna e ma granda-mair torneren de veire lo fuòc d’artifici a la frairia. La Joannà gardet son gròs bilhon tot lo long dau chamin. Comprenguí pus tard que aviá gran paur daus chins mai de las tòrnas…

Los goiats d’autres còps dins los vilatges coneissian pas lur bonur d’aver un coteu dins lur pòcha de culòta e daus bastons tant que ne’n volian. Passavam pas fauta de coçadas de chastenh o de nosilhieras. La peu de las jòunas gitòlas de chastenh se levava bien, mas fasiam pus malaisat per marcar nòstre nom sus lo boesc nosilhier emb la poncha dau coteu. Baston-barrancon, baston-espasa, baston-arcbalesta, baston-pica, baston-fusilh… « Pau ! Pau ! » […]

Los goiats que fan a la guerra voldran-t-ilhs la far pus tard ? Borraran-t-ilhs lur femna ? Faran-t-ilhs lo djihad ? Tiraran-t-ilhs a de la gent sens defensa emb daus fusilhs automatics ? Diu mercés, quauques psicològues pensen que ’quilhs juecs fan partida dau desvelopament normau d’un pitit dròlle. Auví darnierament a la radiò una dama especialista de l’educacion explicar que los ne’n privar es coma una castracion. Quand vesiá nòstres goiats s’amusar emb daus bastons, ma defunta bela-mair, que aviá tot compres, lur credava :

Borratz-vos, tuatz-vos, dròlles, mas vos fasatz pas de mau ! « 

J’ai moi aussi souvent entendu cette phrase.

couteau de Nontron

Le couteau de Nontron, j’en rêvais ! mon premier couteau je l’ai eu avec des étiquettes de la Chicorée Williot ! puis je me suis acheté un « cran d’arrêt » à la foire Place de la Nation à St-Yrieix (les jours de foire, maintenant, il n’y a plus de stands place de la Nation, la foire a rétréci), puis un poignard dont le manche a cassé la première fois où j’ai voulu l’envoyer se ficher dans un tronc. Mais je me suis fabriqué un manche en bois.

Le baton c’est dans le noisetier qu’on s’en coupait un. On a des branches bien droites. Et c’est facile à sculpter.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s