Georges-Emmanuel Clancier et St-Yrieix

 » J’appartenais à l’âge nouveau, mais bien des traces du passé continuaient à se manifester autour de moi sinon avec vigueur du moins avec l’apparence d’une longue survie. Ces traces sensibles rendaient pour moi plus passionnants encore, et plus présents, les récits que me faisaient pour mon constant et naïf émerveillement, de leurs années lointaines, à la mois misérables et éclairées spontanément de fraîcheur et de poésie dans les métairies puis dans les faubourgs de la petite cité de Saint-Yrieix, ma grand-mère, mon grand-père maternels ou mon oncle Jeanet, le porcelainier. Grâce à eux, à leur mémoire si vive, à leurs dons de conteurs, grâce à ces vieilles fermes, à ces ateliers où parfois ils me menaient, le siècle précédent m’est devenu – mais j’en ai pris conscience bien plus tard – dans certains de ses aspects, presque aussi familier que le mien.  »

Georges-Emmanuel Clancier,  Avant-propos de  » La vie quotidienne en Limousin au XIXe siècle, Hachette, 1976

https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges-Emmanuel_Clancier

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s