» les femmes à l’église, et les hommes à la mairie « 

 » « Jacques Chirac était catholique et chrétien, dans la grande tradition limousine :

les femmes à l’église, et les hommes à la mairie,(1)

témoigne le père Nicolas Risso, vicaire général de Tulle et historien, qui connaît bien la famille. Lui dont le père était instituteur était très soucieux de laïcité, l’héritier d’une culture radicale où l’on met le religieux à distance. Mais cela n’empêchait pas sa quête de transcendance. Au plus profond de lui-même, Jacques Chirac avait une vie spirituelle. Mais il n’en faisait pas état, par pudeur, par éducation mais aussi, comme nombre de Corréziens, taiseux que nous sommes, parce que la foi, on n’a pas besoin de la montrer… » »

https://www.lepoint.fr/religion/jacques-chirac-la-foi-au-service-de-l-action-30-09-2019-2338450_3958.php#xtor=CS1-32

Cet article nous rappelle que :

« Mais l’homme de Dieu qui l’aura le plus marqué, comme il le fit sur des milliers d’individus qui eurent la chance de croiser sa route, est sans conteste le père Pierre Ceyrac. Ce grand missionnaire jésuite au charisme foudroyant, né en 1914 à Meyssac à quelques kilomètres de Brive-la-Gaillarde et parti en 1937 en Inde, où il bâtit orphelinats, écoles, dispensaires, fermes agricoles et soutint le combat pour la promotion des intouchables jusqu’à sa mort en 2012, était très lié aux Chirac. »

« Son frère François fut, longtemps, à la tête du CNPF – l’ancêtre du Medef –, le patron des patrons donc, mais surtout son autre frère, Charles Ceyrac, truculent agriculteur, maire de Collonges-la-Rouge, qui fonda le label des « plus beaux villages de France » et fut député et présida le conseil départemental de Corrèze, »

 

(1) Je me souviens des femmes à l’église pendant les enterrements, et les hommes chez Bayle (la Bonne cave, derrière chez nous) pendant l’office.

A la sonnerie des cloches, ils sortaient pour se mettre en queue de cortège derrière le corbillard. Ainsi, les autres avaient essuyé le crottin des chevaux. Ils n’avaient pas à nettoyer leurs chaussures en cuir pour le prochain enterrement. On était économe à cette époque.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s