Je me souviens du bromure

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bromure

On racontait au lycée qu’au service militaire on mettait du bromure dans le vin pour qu’ils n’aient pas envie d’aller voir les filles et risquer la syphilis.

Wikipedia nous dit :

 » Anaphrodisiaque

Une rumeur très répandue dit qu’il était incorporé à la nourriture et au vin distribués aux soldats durant la Première Guerre mondiale, le bromure étant dans cette légende urbaine présenté comme un anaphrodisiaque2,3.  »

« Barthe dénonce la lenteur de l’acheminement des wagons-citernes de vin, sa mauvaise qualité, et il s’attaque vigoureusement aux rumeurs concernant la présence de bromure dans le vin. « Le bruit, déclare ce parlementaire, a pris naissance dans une popote. Simple plaisanterie ! Il s’est trouvé renforcé par la nouvelle que le vin destiné à cette popote était analysé par un pharmacien dépourvu d’occupation et à qui on avait persuadé [sic] que l’intendance avait ajouté ce calmant. Aujourd’hui, la plupart de nos soldats croient que du bromure est réellement ajouté à leur vin, afin de leur faire supporter leur solitude momentanée. Messieurs, permettez à un pharmacien de vous dire qu’on n’eût jamais disposé de bromure en quantité suffisante pour en mettre dans le vin destiné à nos armées, l’opération eût coûté à l’intendance un prix trop élevé ! ». Cela ne suffira pas à tordre le cou à un bobard qui aura la vie dure – on en reparlera encore en Algérie ! La rumeur du bromure est colportée par les communistes, les pacifistes et peut-être par la fameuse Cinquième colonne allemande, supposée omniprésente, et contre laquelle on agit en prétendant que les murs ont des oreilles. Le Deuxième Bureau s’en fait l’écho : « À Hirson, dans le nord du département de l’Aisne, on rapporte que six femmes de réservistes qui avaient pu aller rejoindre leur mari et passer la nuit avec eux étaient reparties sans que leur conjoint ait été en mesure de remplir ses devoirs conjugaux et l’avaient abondamment fait savoir. »  http://www.arkheia-revue.org/La-legende-du-bromure-durant-la,296.html?artsuite=1#gros_titre

Pas que la première guerre mondiale puisque Wikipedia cite :

Yuki Tanaka, Japans Comfort Women: Sexual slavery and prostitution during World War II and the US Occupation, Routledge, , 175 p.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s