» on ne connaît pas les conditions d’infection des nouveaux contaminés, alors que cette période aurait dû nous permettre de bien analyser tous ces points. « 

– Selon les chiffres de la direction générale de la santé, 8 674 nouveaux tests positifs au SARS-CoV-2 ont été officiellement enregistrés entre le 1er et le 9 mai, en France. Malgré les gestes barrières, malgré la distanciation sociale, malgré le confinement, il y aurait encore, en réalité, de 3 000 à 4 000 nouvelles contaminations chaque jour,

on ne connaît pas les conditions d’infection des nouveaux contaminés, alors que cette période aurait dû nous permettre de bien analyser tous ces points. Il n’y a pas eu de réelle stratégie de santé publique pour réussir le déconfinement. »

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/05/11/coronavirus-ce-que-la-science-ignore-encore-a-l-heure-du-deconfinement_6039272_1650684.html

Ca fait un moment que j’essaye de savoir comment se passe la contamination. On peut être au CHU en traitement depuis le 25 mars en ayant respecté les gestes barrière tels qu’énoncés partout.

On entend « 15 minutes à 10 cm de quelqu’un sans masque » …mais pas d’étude sur le sujet à ma connaissance.

Quant à la persistance du virus sur différentes surfaces dans des conditions « normales », on lit de tout. On voit désinfecter les crayons d’une classe qui a été fermée depuis le début du confinement. Mais on nous dit que les pièces de monnaie et les billets c’est bon !

On nous parle des risques d’un masque mal porté.

Et je me souviens de la première expérience en tp de sciences naturelles au lycée Darnet (on disait  alors le Collège) : une pièce de monnaie posée sur un gel dans une boite de Petri et ce que nous avons observé la semaine suivante. Mais ce virus ne fleurit pas ! je sais.

J’attends qu’on me dise comment les nouveaux infectés ont été en contact avec des infectés. Durée de proximité, distance.

J’ai reçu des questionnaires d’enquête qui m’ont semblé totalement non scientifiques.

Pourtant il y avait des possibilités.

Je pense par exemple à ceci.

Le jeudi avant le confinement nous étions au théâtre. Il était plein. Pas de gestes barrière. On n’en parlait pas. C’est ce soir là que le président de la république a parlé la première fois de la pandémie.

Il y a dû y avoir plein de situation de ce type.

« On » savait qui était présent ce soir là.

On pouvait savoir combien parmi eux ont eu les symptômes, ont été testés positifs, sont allés au CHU.

Avez-vous connaissance d’une étude  ici ou ailleurs ?

Elle pouvait être faite par des médecins avec respect du secret médical.

 

 

Une réponse à “ » on ne connaît pas les conditions d’infection des nouveaux contaminés, alors que cette période aurait dû nous permettre de bien analyser tous ces points. « 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s