Les collines du Pays Arédien et d’ailleurs qu’ignorent les modernes trottinéistes électrifiés

De nos jours, la plupart des gens utilisent en ville la voiture, les transports en commun, le vélo à assistance électrique, la « trottinette » électrique. Il en reste qui marchent. Mais pour combien de temps ? Nos jeunes vont tous réclamer leur trottinette électrique au Père Noël. Et l’Etat leur offrira gratos des « pass » pour aller dans les salles de sport respirer le bon air sur des vélos inutiles.

Marcher à pied ! pédaler sans assistance ! la honte ! pire qu’être qualifié d’intello ! Et bien sûr les écouteurs aux oreilles et le smart-phone sous les yeux. Avec un auto-collant pour la planète bien sûr !

Du coup, qui sait quels sont les sommets, les tuquets, les puys de sa commune ? En Limousin, il reste encore quelques personnes qui savent ce que signifie ce puy que je trouve dans bien des noms de lieux.

Je ne sais si on apprend et si on se souvient encore des sept collines de Rome ou des 13 de Paris intra-muros. La nature est bien faite ! 7 ! 13 !

A Saint-Yrieix nous avons appris les sommets environnants à l’école des casernes. Et ce n’est qu’il y a quelques années que je suis allé visiter le Mont Gargan célèbre pour la bataille de la Résistance. Je vous le conseille. On a un splendide panorama sur le Limousin. Mais c’est loin de St-Yrieix.

On a même le Puy de Haut et le Puy de Bas ! Ayant parcouru le Pays de St-Yrieix à vélo, et longé ses cours d’eau, j’en ai appris la géographie sur le terrain et pas qu’à l’école. L’idéal pédagogique !

A Nantes, je monte à vélo très souvent une rue qui se ressent dans les mollets. Elle se nomme Camille Desmoulins. Un jeu de mots laid ! Il y a la tour d’un ancien moulin à vent au point haut de cette rue. La rue s’est appelée la rue des moulins (il devait y en avoir d’autres). Puis la rue Camille Desmoulins. Je ne sais si c’est une mauvaise transcription qui la faite passer de la géographie à l’histoire de la Révolution.

http://lefenetrou.blogspot.com/2013/01/la-rue-camille-desmoulins-nantes.html

« 

" La Marière et la Colinière  – C’etaient deux ou trois moulins qui dépendaient de la Maison de la Marière (près de la rue Camille Desmoulins, cette dénomination moderne n’ayant pas grand’chose à voir avec les dits moulins….) Le vieux cadastre de 1830 signale le « moulin neuf de la Colinière », qui tournait encore à cette époque ; un autre « moulin à vent pour moudre la farine », et un « ancien moulin conservé comme pavillon–belvédère ». L’un de ces moulins, celui qui était tenu par la veuve PERRAUD, était assez important pour employer deux garçons et une servante,
en 1790. "

source :
http://www.alpacnantes.net/journal/j43-0203.pdf

A côté de cette tour il y a un Araucaria araucana, le Désespoir des singes.

Il me rappelle mon roi Périgourdin. Né à Chourgnac, enterré à Tourtoirac.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Royaume_d%27Araucanie_et_de_Patagonie

Et vous ne croirez peut-être pas, mais cet Araucaria n’est pas connecté à mon vélo qui a 40 ans !

 » Dans le cadre de ses travaux sur la sécurité de l’Internet des objets, un expert a réussi à faire en sorte qu’une machine à café connectée réclame une rançon pour fonctionner correctement. « https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-une-cafetiere-connectee-piratee-reclame-une-rancon-80508.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s